Soudan: Un an après la chute d'Omar el-Béchir, les Soudanais de retour dans la rue

Photo d'archives

Au Soudan, un an après la chute de l'ex-président Omar el-Béchir, les Soudanais sont de retour dans la rue. Ils réclament des réformes et que justice soit rendue aux victimes du soulèvement populaire de l'année dernière. Selon un comité de médecins, plus de 240 manifestants ont été tués durant la répression du mouvement qui a abouti au changement de régime.

Des milliers de personnes ont défilé hier mardi 30 juin, dans la capitale Khartoum, mais également à travers le pays comme Port-Soudan, Gadaref (dans l'est), Atbara et Barbar (dans l'état du Nil), Kosti, Damazine... Ils étaient ainsi plusieurs milliers dans les rues de Khartoum à scander : « Réparation, réparation ! Hamdok ne nous oublie pas ! »

Des manifestants qui demandent au Premier ministre Abdallah Hamdok de tenir ses promesses et de rendre justice aux manifestants lors du soulèvement contre le régime d'Omar el-Béchir. Plus de 100 manifestants sont morts -durant la seule journée du 3 juin 2019 - quand les services de sécurité ont dispersé la foule devant le quartier général de l'armée.

Ce jour là, Farah Abbas, a perdu son fils de 28 ans. « Mon fils a été abattu devant le QG de l'armée. Il était là avec ses amis, raconte-il à Alexandra Brangeon du service Afrique de RFI, qui l'a joint au téléphone. A l'époque ca été très dur, et aujourd'hui nous faisons pression pour obtenir justice. C'est très lent, il y a toujours des délais. Il faut que ceux responsables soient arrêtés, mis en prison et qu'on les empêche de quitter le pays. C'est ce que nous attendons. »

Les Soudanais veulent que tous les coupables de répression sous l'ancien régime soient traduits en justice, y compris pour les exactions commises au Darfur ces vingt dernières années.

Ils demandent également que ce gouvernement civil accélère les réformes, la formation d'un Parlement de transition, la nomination de gouverneurs civils dans chaque Etat. Deux points qui ont pris du retard sur le calendrier.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.