Afrique Centrale: Frontière Cameroun-Guinée équatoriale - Les axes de l'apaisement

Le président du Cameroun Paul Biya (g.) et Le président de la Guinée Équatoriale Teodoro Obiang (dr.)

La réunion des ministres de la Défense des deux pays qui s'est achevée hier à Yaoundé a débouché sur un engagement commun à préserver la paix.

Plaidoyer pour la paix et le vivre-ensemble. Dans la sérénité et l'esprit positif. Les ministres de la Défense du Cameroun et de la Guinée équatoriale s'en sont félicités hier à Yaoundé. C'était à l'issue de deux jours de débat sur les modalités de collaboration et d'actions sécuritaires communes à la frontière entre les deux pays. Tous les aspects de coopération ont été évoqués. Le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo, au terme des travaux, a salué la conception d'« un mécanisme de liaison bilatérale, de coordination de la coopération militaire et de mutualisation des efforts aux frontières ».

Plusieurs membres du gouvernement ont pris part à cette réunion. Coté Cameroun, le ministre des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella, le ministre de l'Administration territoriale, Paul Atanga Nji, entre autres. Le ministre d'Etat, ministre équato-guinéen de l'Intégration régionale, Baltazar Engonga Edjo'o était également de la partie.

Ainsi, les deux armées, en attendant la formalisation de l'accord de coopération militaire, s'engagent à garantir la stabilité à la frontière. Elles veulent en outre anéantir toute menace et attaque contre les populations et leur libre-circulation. Les travaux entre experts et la réunion entre les deux chefs d'état-major des armées se sont penchés sur ce dossier. Le général de corps d'armée, René Claude Meka, chef d'état-major des armées du Cameroun, et le général de division Lamberto Nguema Micha, chef d'état-major général des armées de Guinée équatoriale ont balisé les axes de cette coopération.

Le Mindef a d'ailleurs exprimé la disponibilité des forces de défense et de sécurité camerounaises à soutenir toutes les initiatives bilatérales et sous-régionales en faveur de la paix et la sécurité commune. Joseph Beti Assomo a ensuite formulé le vœu de voir la coopération bilatérale dans le domaine de la défense se muer en modèle. Ceci pour le renforcement de la confiance et de l'intégration sous-régionale, chantier cher aux deux chefs d'Etat.

Pour sa part, Leandro Bekale Nkogo a salué le triomphe du dialogue, «outil et moyen pour régler défini- tivement des incompréhensions ». Une sagesse africaine partagée par Camerounais et Equato-guinéens. Il a en outre souhaité que le processus d'affermissement des relations et des échanges transfrontaliers puisse bénéficier d'un climat de confiance mutuelle consolidée. Cette première rencontre du genre, décidée par le président Paul Biya et son homologue Theodoro Obiang Nguema Mbasogo, a également débouché sur la redynamisation des autres responsabilités communes. Il s'agit notamment des échanges dans les domaines de la formation, du renseignement et de la lutte contre la criminalité transfrontalière et des autres types de menaces.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.