Congo-Brazzaville: Présidentielle 2021 - Cinq candidats convoitent déjà le fauteuil présidentiel

Comme cela a été le cas en 2016, l'élection présidentielle de 2021 pourra encore susciter autant d'enjeux et créer un réel engouement sur l'échiquier politique national. A neuf mois de ce grand rendez-vous politique, cinq Congolais, tous de l'opposition, ont déjà annoncé leurs candidatures. Pendant que la majorité présidentielle est rangée derrière Denis Sassou N'Guesso qu'elle appelle de tous ses vœux à se présenter.

Parmi les candidats déjà en lice, il y a le président national de l'Union des démocrates humanistes-Yuki (UDH-Yuki), Guy Brice Parfait Kolélas. Arrivé deuxième à l'élection présidentielle de 2016, avec 15,5% de voix, derrière Denis Sassou N'Guesso, l'opposant avait annoncé sa candidature, le 21 décembre 2019, lors d'une conférence. « Ne pas le dire c'est être hypocrite, je serai candidat. Je rêve commander le Congo un jour. Je l'avais dit à mon père alors que j'avais encore 9 ans. Mais, en toute humilité, je suis prêt à soutenir le candidat qui me convaincra, y compris Sassou, s'il peut changer, parce que l'homme est perfectible », affirmait Guy Brice Parfait Kolélas à la presse.

Le député de Kinkala souhaitait, à cette occasion, que soit organisé en amont un dialogue national qui préparerait un "scrutin transparent et digne".

Paulin Makaya, président de Unis pour le Congo (UPC) partage aussi la même ambition. Cet autre activiste de l'opposition avait exprimé son intention de briguer la magistrature suprême, le 24 janvier, lors d'un échange avec la presse à l'espace Zao, quelques mois après s'être libéré de prison. « Je ne m'exclus pas de me porter candidat à l'élection présidentielle de 2021. Nous avons créé Unis pour le Congo, pour aller au pouvoir », avait indiqué Paulin Makaya, martelant qu'à défaut d'une candidature individuelle, il s'alignerait derrière un candidat intègre que l'opposition pourrait désigner.

Anguios Nganguia Engambé ne veut pas lâcher le morceau

Lui aussi candidat malheureux aux élections présidentielles de 2009 et de 2016, le président du Parti pour l'action de la République Mâ (P.A.R) convoite tant le palais présidentiel. L'opposant avait annoncé récemment, sur un plateau de télévision, qu'il tenterait à nouveau sa chance l'année prochaine.

Sur cette liste, s'ajoute Anatole Limbongo Ngoka. Le président du Parti africain pour un développement intégral et solidaire (Paradis) et ancien directeur de campagne du général Jean-Marie Michel Mokoko, a emboité le pas le 18 juin dernier, face à la presse. « Je me déclare candidat à l'élection de 2021 afin de redonner l'espoir d'une vie meilleure aux Congolais qui l'ont perdu. J'ai la foi qu'en sécurisant notre vote, ma candidature sera porteuse pour l'alternance tant souhaitée par les Congolais », déclarait Anatole Limbongo Ngoka à cette occasion.

Dans les rangs de la diaspora, Andréa Ngombet veut sauver les meubles. Résident en Europe, il a exprimé ce veut récemment.

Alors que l'opposition se bouscule, la majorité présidentielle reste jusque-là soudée autour de son "Champion ", Denis Sassou N'Guesso, même s'il ne s'est pas encore prononcé.

Au regard de ce qui précède, l'on peut estimer que la bataille électorale sera encore de taille en 2021.

Rappelons qu'en 2016, huit candidats de l'opposition étaient face à Denis Sassou N'Guesso. Il s'agissait du général Jean-Marie Michel Mokoko, Pascal Tsaty Mabiala, Claudine Munari, André Okombi Salissa, Guy Brice Prfait Kolélas, Joseph Kignoumbi Kia Mboungou, Michel Mboussi Ngouari et Anguios Nganguia Engambé.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.