Congo-Brazzaville: Gestion post-COVID-19 - L'opportunité de réformer la chaîne de valeur stratégique et opérationnelle de l'Etat

La crise de la Covid-19 a affiché des évidences tant organisationnelles que structurelles qui ont révélé la fragilité d'un tissu économique largement dépendant des importations. Gérer c'est prévenir dit-on. L'opportunité nous est donnée de réformer la chaîne de valeur. A l'horizon de ce constat, nous proposons :

1° Structurer le secteur informel

La crise a révélé la vulnérabilité des acteurs de l'économie informelle qui se sont retrouvés handicapés. L'Etat garant des équilibres sociaux peut réduire cette vulnérabilité en enclenchant une transformation structurelle (Identification, formation, financement, suivi, etc.), afin qu'à terme ces acteurs génèrent des impôts et taxes qui amélioreront les recettes fiscales in fine un développement durable. Aussi, nous préconisons pour ces acteurs, la création d'un statut favorable, moins contraignant administrativement et intéressant fiscalement.

2° Accompagner le secteur formel

Au sujet du formel, il est souhaitable que l'on aboutisse à une plus grande implication de l'Etat, que les mesures soient plus prononcées dans l'accompagnement (technique et financier) des entreprises en difficulté. A ce titre, l'Etat peut solliciter que les banques rééchelonnent les échéances de paiement des prêts déjà contractés puis instruire par le biais du prêt de garantie un taux d'intérêt allégé pour ces entreprises. Par la suite, l'Etat peut initier avec des partenaires privés un fonds de garantie à la création des jeunes entreprises.

3° Renforcer l'économie nationale et sous- régionale pour limiter notre dépendance à l'extérieur

Il s'agit de mettre en place des politiques conservatrices locales et sous-régionales afin de protéger nos acteurs économiques et densifier des flux d'échanges économiques pour qu'ils soient nettement plus importants que ceux interactions hors zone.

4° Instaurer une bonne gouvernance

L'impératif post-covid-19 exige un nouveau type de gouvernance et une transparence qui répondent à des normes précises, définies et respectées. Il s'agit d'une transformation digitale de toute la chaîne de valeur de l'Etat et la création d'une autorité de transparence chargée de promouvoir la probité et l'exemplarité des responsables publics, de contrôler la déontologie des agents publics. Aussi, L'Etat pourrait décentraliser les actions du pouvoir public par le biais de la société civile, afin de favoriser la coopération décentralisée et renforcer les capacités de mise en œuvre de l'Etat dans le secteur communautaire. Dans l'intérêt de l'Etat, il est recommandable de les identifier, pour mener des actions conjointes et s'appuyer sur leurs expertises.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.