Sahara Occidental: Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont source de tension dans la région

Madrid — Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont devenues "source de tension" dans la région, a révélé une étude académique espagnole qui a plaidé pour l'élargissement du mandat de la Minurso à la surveillance des droits humains, affirmant que ce point figurait dans le mandat initial de la mission onusienne.

Dans cette étude, menée à l'université espagnole de Cadix, l'auteur déduit que la question des droits de l'Homme est "un facteur pertinent dans la pacification des relations internationales, et lorsqu'ils ne sont pas respectés, la situation peut entraîner une augmentation des tensions, des explosions ou la persistance d'un conflit armé".

En consultant la documentation des Nations Unies, l'auteur a constaté que "des fonctions liées à la surveillance des droits de l'homme avaient été prévues dans le mandat initial de la Minurso mais qui ne pouvaient pas être exécutées".

Pour atteindre son objectif, celui d'analyser le rôle que peut jouer la Minurso dans ce sens, le responsable de cette étude, s'est orienté notamment vers les rapports sur les droits de l'homme au Sahara occidental, réalisés par diverses ONG, notamment celui d'Amnesty international publié avril 2019.

Or, selon le rapport de l'ONG consulté par l'auteur, l'expulsion en 2016 par les autorités d'occupation marocaines du personnel civil de la Minurso, a montré "le manque de coopération" du Maroc avec la mission dans la réalisation de son mandat.

Amnesty International a révélé, dans ce contexte, que les autorités d'occupation marocaines "ont continué de soumettre les défenseurs des droits humains sahraouis à des actes d'intimidation, d'interrogatoire, d'arrestation et d'observations rapprochées".

Il a été également question, dans cette étude, de formuler quelques propositions pour résoudre "le manque important d'action" des Nations Unies au Sahara occidental. "Ce manque doit être résolu (...), parce qu'il est nécessaire de réparer les victimes, alléger les souffrances de la population".

Cette agence onusienne justement, à savoir, le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, est dans "l'incapacité à garantir pleinement les droits de l'homme de toutes les personnes" dans la région, souligne l'étude, s'appuyant sur le rapport d'Amnesty international.

A La Une: Sahara Occidental

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.