Ethiopie: Le décès d'un chanteur populaire ravive les tensions au pays

La musique de Haacaaluu Hundeessa a donné du son et de la voix à la lutte oromo.

L'arrestation de l'opposant Jawar Mohammed ajoutée à l'assassinat du chanteur Hachalu Hundessa aggravent les tensions en Ethiopie. Plus de 50 morts sont enregistrés.

Le chanteur Hachalu Hundessa était une des voix fortes de l'ethnie Oromo durant les années de manifestations qui ont permis au Premier ministre Abiy Ahmed d'accéder au pouvoir en 2018.

Si le mobile de son meurtre reste encore flou, la police assure que des suspects ont déjà été arrêtés. Mais les violences déclenchées par l'annonce de sa mort ont poussé le gouvernement à couper internet dans la capitale Addis Abeba.

Cette situation déjà tendue est aggravée par l'interpellation de l'opposant Jawar Mohammed, qui avec certains de ses partisans auraient tenté d'empêcher que la dépouille du chanteur soit ramenée dans sa ville natale pour y être inhumée.

Ces évènements n'augurent pas de lendemains paisibles, estime le chercheur Gérard Prunier qui craint une aggravation des tensions ethniques. "Jawar Mohamed est Oromo, le Premier ministre est Oromo, la victime est Oromo. S'il y a une chose que cette succession d'évènements montre, c'est que les Oromo n'existent pas comme une position politique unitaire et unifiée", indique Gérard Prunier.

L'autre question qu'entraîne ces événements est celle de savoir "si les Oromo comptent plus que les autres Ethiopiens", analyse l'expert Gérard Prunier.

Une situation difficile à gérer

Alors qu'il lui est reproché de négliger les revendications, notamment territoriales des Oromo, le Premier ministre Abiy Ahmed s'est récemment exprimé. "Ce que nos ennemis veulent, c'est que nous ne terminions pas le travail que nous avons commencé. Que le peuple Oromo, pour ce combat de raison, soit tué, que du sang soit versé, que le voyage que nous avons commencé déraille", a déclaré le chef du gouvernement.

Quoi qu'il en soit, avec les violences de ces derniers jours, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019, a fort à faire pour calmer les esprits et ramener la quiétude dans le pays.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.