Congo-Kinshasa: Diomi Ndongala à Mabunda - «Le peuple congolais n'est pas amnésique !»

1 Juillet 2020

Mme Jeanine Mabunda, présidente FCC de l'Assemblée Nationale, est en train de defraiyer la chronique pour sa gestion cavalière de la chambre basse du parlement, caractérisée par des déclarations intempestives et provocatrices, qui dénotent une démagogie primaire à laquelle même le plus distrait des Congolais ne pourra prêter aucune attention.

En brandissant, en pleine plénière de l' A N une baguette, Mme Mabunda a essayé de jouer la carte du cadre FCC soucieux du bien-être du congolais le plus démuni. Dommage que cette exibition burlesque ait eu lieu quelques jours seulement après la demande de Mme Mabunda, adressée au gouvernement Ilunga, d' augmenter de 2000$ par mois le salaire des députés nationaux !

Dans un pays comme la RDC, où les institutions consomment 65% du maigre budget national (qui d'ailleurs, devra être revu à la baisse, à cause de la crise économique internationale déclenchée par la pandémie de la COVID-19), Mme Mabunda n'a pas eu froid aux yeux pour déclencher le mécanisme de l'augmentation du salaire des députés (et naturellement, le sien), une démarche qui ne peut qu'aggraver le taux d' inflation et le poids, déjà énorme, des dépenses institutionnelles sur les finances publiques.

Inutile de rappeler que, curieusement, cette augmentation inconcevable des salaires des députés nationaux a été sollicitée la veille de l'introduction des projets de loi Minaku, visant à réduire l'indépendance de la magistrature et assurer l'impunité des mauvais gestionnaires. Face au tollé généralisé provoqué par ces projets de loi «made in FCC», quelle meilleure stratégie, pour forcer la main aux députés les plus soucieux de l'ordre constitutionel et de la séparation des pouvoirs d'Etat, que celle de plier leur résistance par des jouteuses promesses pécuniaires?

Était-elle cachée où, la baguette de Mme Mabunda, quand la présidente de l'AN promettait aux députés nationaux de l'accompagner de caviar et de l'arroser avec du Champagne, grâce au exorbitants bonus d'argent promis ?

Croyez-vous que la République des intouchables (FCC) soit crédible avec ces discours faux, démagogiques et contradictoires?

Peut-on combattre l' inflation, en période de crise économique internationale, en augmentant de 30% le poids des frais de fonctionnement de l' AN sur le budget national?

Plutôt que proposer une salutaire réduction du train de vie des institutions, y comprise l' AN, Mme Mabunda, d' une main achète les consciences des députés nationaux, en leur promettant des milliers de dollars d'augmentation mensuelle, alors qu' avec l'autre main elle brandit une baguette, pour faire semblant de s' appesantir, hypocritement, sur les malheurs des congolais les plus pauvres.

Alors qu' il y à quelques semaines, le président FCC du Sénat dépassait, sans honte, le budget de son institution, pour financer des dépenses pharaoniques de réfection, sans appel d' offre et en toute opacité, de la salle du Sénat, à la hauteur de 4 millions de $, insultant la sénatrice qui l'avait interpellé à ce sujet, Mme Jeanine Mabunda voudrait nous faire passer pour des amnésiques, alors que son FCC se vante, encore et toujours, d'arroser sa baguette dans le champagne, comme l'a récemment rappelé la sénatrice qui a interpellé Alexis Tambwe Mwamba, pour sa gestion opaque des fonds alloués à la chambre haute du Sénat.

Non, les congolais ne sont pas amnésiques, Mme Mabunda, et ils ont une mémoire précise de la mauvaise gouvernance systémique qui a caractérisé, pendant plus de 18 ans, votre politique appelée, de par sa pauvreté et étroitesse idéologique, «kabilisme».

Continuez de bouffer votre baguette, Mme Mabunda, mais arrêtez de jouer avec les souffrances de ceux qui arrosent le pain avec la sueur de leur front et non, comme vous et votre collègue président du Sénat, avec le caviar et le champagne.

Cette démagogie fascistoïde est, à dire peu, contradictoire, poltronne, provocatrice et révoltante.Eugène Diomi Ndongala

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.