Congo-Kinshasa: Message du 30 juin 2020 en rétro - Le pari de Fatshi, faire oublier Bukanga-Lonzo

1 Juillet 2020

La bataille pour l'autosuffisance alimentaire, souvent transformée en slogan creux en République Démocratique du Congo, constitue un des paris majeurs que tient à gagner le Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi. Il a à cet effet souligné, dans son message à la Nation à l'occasion du 60me anniversaire de l'indépendance, l'excessive dépendance du pays vis-à-vis de l'extérieur pour ses besoins alimentaires.

Critiquant au passage des investissements sans lendemain tels que celui du domaine agro-industriel de Bukanga-Longo (NDLR : le trésor public y avait englouti 250 millions de dollars américains), il a révélé la mise en œuvre de trois projets agricoles pour placer réellement la République Démocratique du Congo sur la voie de la satisfaction des besoins de ses filles et fils en produits agricoles de première nécessité. Les trois projets-pilotes déjà en chantier ciblent 33.000 hectares pour les cultures vivrières, avec comme premiers résultats visibles la production de 3000 tonnes de riz à Kimpese et 4000 tonnes de paddy à Nkuni. Il est prévu également l'aménagement de 800 hectares de manioc Wangata.

Il ne s'agit là que d'un échantillon du plan de relance de l'agriculture en RDC, lequel prévoit l'implantation des fermes agro-industrielles sur l'ensemble du pays. La pénible leçon de la crise alimentaire provoquée par la crise sanitaire due au coronavirus a été bien comprise par le Président de la République, qui a promis de mobiliser, dans les semaines et mois à venir, les ressources financières et humaines nécessaires pour transformer le pays en puissance agricole.

Félix Antoine Tshisekedi ne cesse de rappeler à la communauté nationale que 80 millions d'hectares de terres arables, capables de nourrir plus de 2,5 milliards d'être humains, n'attendent que d'être mises en valeur pour produire du riz, du manioc, de la pomme de terre, de l'igname, de l'arachide, du maïs, du haricot, de la canne à sucre, de la courge, de la banane, de la noix de palme, des légumes, des fruits... en quantités « industrielles » pour les besoins alimentaires internes, avec possibilité de vendre le surplus à l'étranger.

Il saute aux yeux, à la lumière de la vision du Chef de l'Etat, que l'agriculture, proclamée priorité des priorités par ses prédécesseurs, sans que cela soit traduit dans les faits, constitue une des clefs du développement de la République Démocratique du Congo.

Parallèlement à l'implantation des fermes agro-industrielles, il existe des projets de relance de la pêche, manuelle comme industrielle, de la pisciculture. S'agissant précisément des déficits du pays en poissons, ils sont inexplicables car le fleuve Congo et ses affluents ainsi que les lacs hébergent, dans le fond de leurs lits, des générations de poissons qui meurent de vieillesse, faute simplement pour les consommateurs congolais de les pêcher.

Dans le même volet de l'autosuffisance alimentaire, il y a le ferme engagement du Chef de l'Etat à remettre en selle les fermes des bovins et ovins, dans un pays où les pâturages ne sont pas à chercher. Le mythe de la viande, denrée de luxe, devrait être cassé.

Bref, le cauchemar de l'arnaque de Bukanga-Longo, un projet agro-industriel pourtant porté en son temps par un ancien Chef de l'Etat et un ancien Premier ministre, est à oublier. Or, si l'on avait multiplié des « Bukanga-Lonzo » à travers les provinces, comme promis dans les discours d'inauguration de ce parc agro-industriel, la RDC aurait déjà effectué un grand pas dans la voie de la résorption de ses déficits alimentaires et cessé d'importer plusieurs produits agricoles de consommation courante.Kimp

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.