Sénégal: Déguerpissement de Sandaga - Les commerçants exigent des préalables

1 Juillet 2020

Le Préfet de Dakar, Alioune Badara Samb, a annoncé, via un communiqué de presse, un déguerpissement des cantines situées aux alentours du bâtiment central de Sandaga pour ce vendredi. Les commerçants exigent des préalables et la continuité du projet initial de réhabilitation et de modernisation de ce mythique marché.

La cantine de Vieux Touré est un point de ralliement au marché Sandaga. Située dans la même allée qu'un imposant centre commercial, la boutique est assaillie par quelques journalistes venus aux nouvelles ainsi que d'autres commerçants du marché.

Établi dans ce haut lieu du commerce dakarois depuis 1989, Vieux Touré y joue aussi le rôle de délégué. Une tâche qui lui impose d'être l'interface entre les occupants et les médias. Pile de journaux sur ses marchandises, Vieux alterne interviews et discussions sur leur probable déguerpissement qu'il dit apprendre par voie de presse.

«Nous sommes sereins. Si vous vous rappelez, l'année dernière, à la même période, ce débat a été agité. Ils attendent, à chaque fois, l'approche de la Tabaski pour parler de déguerpissement», souligne-t-il, sous le regard approbateur des commerçants et rabatteurs qui se sont massés devant sa cantine.

Tous ont les mêmes propos à la bouche : «Pas au courant». Pourtant un communiqué de presse de la Préfecture de Dakar, daté du 29 juin, annonce bien une sommation pour quitter les alentours du bâtiment Sandaga.

Le document est signé par le Préfet Alioune Badara Samb. Dans le communiqué, il est dit que sont concernés les commerçants situés sur le pourtour du bâtiment central fermé et ceux établis sur l'Avenue Lamine Guèye jusqu'à Sandiniéry, Avenue Émile Badiane, sur les deux côtés du rond-point Sandaga.

Regroupés autour de l'association «And Takhawu Sandaga», Vieux Touré et ses amis disent être à l'origine du projet de réhabilitation de ce vieux marché de Dakar.

«C'est lors d'une audience avec le Président Macky Sall le 18 juin 2018 que nous lui avons demandé la réhabilitation et la modernisation du marché. Il a donné son accord et instruit les ministres concernés.

Alioune Sarr qui était Ministre du Commerce à l'époque a mis en place un comité de pilotage qui a discuté de tous les aspects et a même présenté une maquette», explique-t-il, ajoutant que cette démarche de l'ancien ministre avait eu l'assentiment de tous les acteurs du marché. «L'État est une continuité.

Nous avons fait plusieurs réunions et avancé sur le projet avec le Ministre Alioune Sarr. Il ne restait qu'à régler certains détails. C'est après qu'il y a eu des blocages avec le nouveau Ministre de l'Urbanisme», explique-t-il.

Vieux Touré et ses amis veulent ainsi une continuité du projet qui leur avait été soumis en 2018 et qui a nécessité plusieurs rencontres. Par rapport au probable déguerpissement et à leur recasement sur le site des Champs des courses, le responsable parle de préalables à respecter d'abord.

«Il faut que tout le monde sache que nous sommes les demandeurs d'une réhabilitation du marché. Mais il faut des préalables à tout déguerpissement.

Il nous faut d'abord des garanties claires sur notre retour à la fin des travaux. En plus, nous quittons une commune (Dakar-Plateau) pour une autre (Médina), donc il y a des détails à régler pour ce transfert», exige-t-il.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.