Madagascar: Histoire - Le royaume merina et les Bezanozano du temps d'Andrianampoinimerina

Andrianampoinimerina, né Imboasalama vers 1745 et mort en 1810, est le premier souverain du royaume d'Émyrne réunifié, du centre de Madagascar, puis est reconnu comme suzerain par la plupart des royaumes malgaches. Il règne de 1787 à 1810.

Les Bezanozano étaient très habiles lorsqu'il s'agit de promouvoir leurs intérêts, ce qui les pousse à se procurer des captifs dont le trafic était à l'époque une activité très florissante. C'est pour cela qu'ils participent souvent à des guerres susceptibles de leur rapporter des esclaves. D'où leur tension permanente avec les Merina.

AU XVIIe siècle les Bezanozano se sont installés sur les plateaux, dans la région d'Anjozorobe et le village fortifié d'Ambatomanga, mais ils étaient aussi dans la vallée de l'Ankay. Selon l'historien spécialiste de la région, Maharavo Rabekoto, à travers les récits, « nous avons pu constater une permanence des hostilités entre les Bezanozano et les Merina aux temps des rois Ralambo, Andrianampoinimerina et Radama I ».

Ralambo, fils d'Andriamanelo qui régnait à Alasora (1540-1575), succède à son père et devient le roi d'Alasora et d'Ambohidrabiby (1575-1610). Durant son règne à Ambohidrabiby où il résidait, il a appris qu'une troupe armée de Sihanaka et de Bezanozano allait assaillir sa capitale. Il fit alors appel à son fils Andrianjaka pour l'aider à défendre le royaume. Ce dernier proposa à son père une idée consistant à assurer la protection du village en amassant dans le fossé des bouses sèches prêtes à être allumées dans le fossé, puis à les faire recouvrir de couches de cendres.

Pendant ce temps, les ennemis engagent une bataille sur la colline, et terrorisent la population par des salves de fusil. Celle-ci simule la fuite. Plein d'assurance, l'ennemi pensant avoir gagné voulut se saisir des fugitifs, découvrent le fossé couvert de cendres mais pensent pouvoir entrer tranquillement dans le village car le terrain semblait solide. Ils se dirigent donc vers le fossé sans se méfier, mais les cendres chauffées à l'extrême par le feu brulèrent leurs pieds. Ils furent tous massacrés hormis trois individus qui ont pu s'échapper. Les rescapés s'en vont raconter dans leur pays cet événement tragique.

La résistance. Andrianampoinimerina, roi d'Ambohimanga, devient le roi de l'Imerina, et nourrit l'ambition d'unifier toute l'île et placer tous les Malgaches sous une seule autorité. Mais avant tout, il fallait conquérir l'Ankay qui occupait une position stratégique de par sa situation intermédiaire entre le pays betsimisaraka et merina. C'est une voie commerciale pour transporter la convoitise d'Andrianampoinimerina des marchandises comme des armes, des munitions et d'autres choses... Mais cette voie pour accéder au pays merina était des plus périlleuses. En effet, les caravanes étaient toujours menacées par la présence des pilleurs. Ce fait avait tendance à provoquer une déstabilisation de la supériorité du roi Andrianampoinimerina.

C'est ainsi qu'il commence à frapper Ambatomanga situé à la lisière de la forêt orientale. Mais le siège d'Ambatomanga s'enlise car le village était protégé par un fossé très profond, un rempart garni de cactus épineux et très épais. Le tout est perché en haut d'une colline sur laquelle il y avait un grand rocher formant une muraille de pierre du côté nord du village. La troupe d'Andrianampoinimerina frappe le village à deux ou trois reprises par des coups de fusils et des coups de canons, et tente même de s'y introduire, mais il est bien sécurisé. Ce processus offensif de plus en plus violent des Merina, ne leur a pourtant pas permis de gagner la guerre, ce qui incite le roi Andrianampoinimerina à faire appel au soutien d'hommes d'Ambohimanga. La guerre oppose alors deux corps d'armées.

Le premier assaut par les troupes d'Andrianampoinimerina fut vain tandis que le second assaut était plus violent car le corps de réserve avait attaqué du premier coup. La victoire fut obtenue. Ambatomanga se livra, tandis qu'il y avait de nombreux blessés et de morts. « Rappelons qu'Ambatomanga était un groupe de population résistant, dont la majorité était des brigands qui verrouillaient voire s'appropriaient le passage aux marchandises destinés au royaume merina. C'est ainsi qu'Andrianampoinimerina lançait un appel aux Manisotra et ces derniers ont conquis la ville en la rebaptisant Bemananety » explique l'historien Rabekoto.

Après qu'Andrianampoinimerina eut unifié tout l'Imerina, il ordonna d'expulser les Sihanaka ainsi que les Bezanozano au-delà de leur forêt à cause de leurs déprédations. Après l'annexion d'Ambatomanga, beaucoup de Bezanozano ont émigré vers l'Antsihanaka au nord, et vers le sud, au-delà de Beparasy.

Dans un village appelé Ambohimanelatra vivait Andrianavalontsimanolotrimerina et Ratrimomanalinambohimanga résidait à Tsiazoahoana. Le premier proposa au second d'unir les forces contre Andrianampoinimerina au lieu de laisser leurs femmes et leurs enfants réduits en esclavage. Alors Ratrimomanalinambohimanga répond : « Si Andriatsimitoviaminandriana a des biens, nous en avons aussi, si Andriatsimitoviaminandriana n'en possède pas, nous n'en possédons pas non plus : qu'importe si les femmes et les enfants sont réduits en esclavage ».

En d'autre terme, Ratrimomanalinambohimanga accepte de s'allier avec Andrianampoinimerina en se soumettant à ce dernier pour qu'il y ait communion entre les deux rois. C'est pourquoi Ratrimomanalinambohimanga refusa l'invitation d'Andrianavalontsimanolotrimerina pour affronter Andrianampoinimerina. On rapporta ce projet à Andrianampoinimerina, qui envoya sept Sakalava pour livrer bataille au village d'Andrianavalontsimanolotrimerina. Les sujets de ce dernier s'enfuirent, ceux-ci étaient des Bezanozano. Ensuite, Andrianampoinimerina rebaptisa Ambohimanelatra, devenu Am-bohi-dreny et Tsiazoahoana, Manohisoa.

L'unification. Le roi d'Imerina voulait achever sa pacification en cherchant à imposer son autorité sur les Sihanaka d'Ambohibeloma dirigés par le chef Tohana. Comme ce dernier n'a pas voulu reconnaître sa souveraineté, son village fut assiégé et incendié par un cerf-volant sur lequel était suspendu des tisons ardents, puis le souverain merina déploya une stratégie pour soumettre le village en campant aux alentours. Le peuple d'Ambohibeloma prit la fuite, et fut ainsi exécuté à l'exception du chef Tohana qui avait pu s'échapper ; il devait regagner Ampamoizankova, où les Sihanaka d'Ambohibeloma s'installent, un endroit dans lequel les Hova capturés pour ensuite devenir des esclaves étaient séparés à jamais de leur famille.

Après avoir constaté la défaite d'Ambatomanga, d'Ambohimanelatra ainsi que d'Ambohibeloma, Andrianjomoina, maître de l'Amonronkay, se rendit auprès d'Andrianampoinimerina pour se soumettre.

Radama suit les pas de son paternel. Après la disparition d'Andrianampoinimerina, les Bezanozano tentent de s'affranchir de la tutelle des Merina et de se libérer de l'autorité du nouveau roi Radama I. Comme ce dernier exige à toute la population de rendre hommage au fondateur qui a réalisé l'unité de l'Imerina, les Bezanozano n'acceptent pas de faire le deuil, d'autant plus que pour eux l'avènement de Radama n'est qu'une tromperie. Offusqué par cette attitude, ce dernier envoie une expédition à Ambatomanga, et déclare : « les esclaves se révoltèrent contre son maître ».

Son armée s'empare de la place en incendiant toutes les maisons et chassant la population vers la forêt. Pour démontrer sa puissance, Radama fait ériger une pierre levée sur un sommet de l'Angavo notamment à « Ambatomanga-Anjiro dans la région de Lavatrandraka ». Cette pierre consacre l'événement et un mutuel engagement : « Cette pierre levée dit-il est le témoignage de votre soumission. Celui qui la détruira, celui qui se révoltera paiera de sa vie ».

Pourtant, le nouveau roi ne s'arrête pas seulement au châtiment infligé aux Bezanozano d'Ambatomanga. Il voulut étendre son territoire par la conquête de tout Madagascar comme l'ambitionnait déjà son père.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.