Guinée: Labé - Un accord tiré par les cheveux entre fondateurs d'écoles privées et enseignants du SEBGUI

Comme promis par le préfet Safioulahi Bah aux élèves qui lui ont rendu visite mercredi, fondateurs d'écoles privées et enseignants en grogne du SEPGUI ont trouvé un terrain d'entente pour la reprise des cours.

Un article de la législation du travail a permis de sauver les meubles.

La disposition concernant le chômage technique prévoit que dans les circonstances du genre, l'employeur est tenu de verser 30% du salaire à son employé ce qui appliqué ne fait pas le salaire de trois mois réclamé par les enseignants.

Finalement après d'âpres négociations, il a été conclu que les fondateurs devront verser l'équivalent d'un mois de salaire à compter du 5 juillet et se sont engagés à ne renvoyer personne pour fait de grève et les enseignants ont pris l'engagement de reprendre les cours dès ce jeudi.

Le maire qui est un enseignant et sous la médiation de qui cet accord inespéré a été obtenu s'est réjoui de l'accord qui profite aux deux parties.

Sur le groupe WhatsApp du SEBGUI, les leaders de la cause des enseignants estiment que la cause n'est pas perdue et que le combat continue.

Rappel, après que les fondateurs aient snobé deux rencontres de négociation, les enseignants voulaient durcir le ton et l'avaient signifié mardi dernier.

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.