Madagascar: Transport - Frais décuplés à Manjakandriana

De nombreux habitants du district de Manjakandriana quittent leur domicile et marchent jusque dans la commune rurale d'Ambanitsena où ils prennent le taxi-brousse les amenant en ville. « Nous quittons chez nous à quatre heures du matin si nous voulons arriver tôt au Primus.

Parfois, des camions nous proposent de payer 25 000 ariary de frais pour le trajet. Il peut aussi y avoir des voitures particulières qui nous demandent 15 000 ariary, alors que le prix normal du trajet en taxi-brousse est de 2 500 ariary. Nous montons en ville à raison de deux à trois fois par semaine. Il vaut mieux marcher pour épargner », raconte une mère de famille.

Pour l'heure, les transports en commun desservant le district de Manjakandriana sont suspendus. Les autorités ferment la ligne par crainte d'une affluence partant du district de Moramanga où le coronavirus touche au-delà de la localité. Jusqu'ici, les riverains de Manjakandriana, de Maharidaza, de Carion et d'Ankadiefajoro usent leurs souliers pour atteindre la commune dans laquelle ils doivent encore patienter deux à trois heures avant d'embarquer dans le prochain taxi-brousse pour Antananarivo, moyennant 1 000 ariary.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.