Burkina Faso: Adama Kanazoé menacé de mort, selon son parti

Depuis quelques jours, une bande sonore circule sur les réseaux sociaux. On y entend deux personnes discuter âprement d'argent.

L'une des voix, présentée comme étant celle de Adama Kanazoé, conseiller spécial du chef de l'Etat, exige de son vis-à-vis la somme de 30 millions de Francs CFA comme récompense pour l'avoir aidé à décrocher un marché dans le cadre des travaux de la route nationale (RN15).

Alors que l'affaire n'en finit pas de défrayer la chronique, voici que surgit une autre affaire dans l'affaire: le conseiller mis en cause serait l'objet de menaces de mort. «M. le tout puissant conseiller, nous allons faire votre fête »,

«Tu es un homme mort si on n'a pas nos 190 millions » ou encore «Bientôt nous allons nous occuper de toute ta famille », ce sont des SMS reçus par M. Kanazoé, selon son parti.

«Une plainte a déjà été déposée ou commissariat de police de Ouaga 2000 contre le détenteur du numéro émetteur des SMS. Les enquêtes sont en cours», assure l'AJIR qui «condamne avec la dernière énergiquement cet acte d'acharnement contre la personne de son président».

Le parti exige également le renforcement de la sécurité Adama Kanazoé et de sa famille.

Après un silence face à l'agitation suscitée par cette affaire de 30 millions, Adama Kanazoé est sorti mercredi 1er juillet 2020 de sa réserve.

«Mes avocats m'interdisent de parler d'un dossier qui est en justice, d'où mon silence. Mais la vérité triomphera bientôt par la grâce de Dieu», a-t-il commenté.

«Dans cette vraie fausse affaire A.K, tous les gens qui écrivent ne la comprennent pas eux-mêmes en réalité. Ils écrivent des contre-vérités par ignorance du dossier, je les comprends», poursuit-il.

Et de prédire: «A la lumière de la vérité, les gens de bonne foi comprendront et fléchiront genoux pour implorer le pardon de Dieu pour avoir jugé et condamné hâtivement».

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.