Burkina Faso: Quartier Pazani - Des habitants s'opposent à l'érection du mur d'une école

Les riverains du collège privé Yilegba dans le quartier non loti de Pazani dans l'arrondissement 9 de Ouagadougou, sont mécontents du propriétaire de ladite école, qui a entamé, depuis quelques jours, la construction de la clôture de son établissement. Les riverains s'y opposent à cause des inondations qui pourraient survenir en cas de pluie.

Les riverains du collège privé Yilegba ont manifesté leur mécontentement le 1er juillet dernier vis-à-vis du propriétaire Etienne Kinda qui a commencé, depuis quelques jours, la construction du mur de son école. L'école ainsi que les habitations sont situées derrière un bas-fond dont l'accès est difficile, notamment pendant la saison hivernale.

Ce qui a poussé le propriétaire à construire un pont pour désenclaver la zone au grand bonheur des élèves, des enseignants et des riverains qui en tirent profit. Mais, le hic est que, selon Etienne Kinda, la cour de l'école s'est transformée en route pour les riverains, entraînant des accidents avec les élèves.

Pour ce faire, il a décidé de clôturer son école pour sécuriser et les élèves et les enseignants dans leur lieu de travail.

« Nous avons fait le pont pour l'école et ça profite aussi aux riverains. Mais, on s'est dit qu'un temps viendra, où les gens vont chercher un autre passage. Et c'est à ce moment que nous allions faire la clôture.

L'année passée, ils ont cogné deux élèves. Nous nous sommes dit alors que si ça continue, un jour, l'Etat va nous accuser parce qu'on ne peut pas construire une école comme celle-là sans la clôturer. Nous avons donc pris la décision de faire la barrière pour sécuriser les élèves », a relevé le propriétaire de l'école.

Mais, pour les riverains, cette clôture n'est pas la bienvenue du moment qu'elle va empêcher le passage de l'eau et occasionner des inondations.

C'est ce que Adama Zongo, l'un des manifestants, explique en ces termes : « Nous avons appris que le propriétaire veut clôturer l'école ; je lui ai dit qu'en tant que résident du quartier, nous connaissons la force de l'eau qui passe ici parce que des maisons sont tombées ici l'année passée. Maintenant, nous voulons lui demander de laisser des ouvertures sous le mur pour faciliter le passage de l'eau. Chose qu'il n'a pas refusée.

Mais, à notre grande surprise, il a commencé à construire le mur sans les ouvertures. C'est ce qui nous a révolté ce matin ».

Et pour manifester leur colère après près de cinq rencontres infructueuses, les riverains ont décidé, dans la matinée du mercredi 1er juillet, de bloquer la route qui passe par le pont pour accéder à l'école afin d'obliger le propriétaire à respecter son engagement.

Pour Etienne Kinda, les ouvertures seront faites sur le mur pour le passage de l'eau. Mais, l'idée d'autres ouvertures dans la partie Ouest de l'école comme voulue par les manifestants, n'est pas envisageable, selon le propriétaire de l'école. Les manifestants ne comptent pourtant pas lâcher prise et interpellent vivement les autorités locales à prendre leurs responsabilités pour éviter le pire.

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.