Maroc: Le Conseil économique, social et environnemental tient son assemblée générale

Ahmed Réda Chami :Volonté du CESE de consolider sa coopération avec le gouvernement et le Parlement

Saâd Dine El Otmani :L'enjeu pour le Maroc est de redynamiser son activité économique

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a tenu, mardi à Rabat, la 111ème session ordinaire de son assemblée générale.

Cette réunion, qui s'est déroulée en présence du chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a connu l'approbation du projet du rapport annuel au titre de l'exercice 2019 ainsi que du projet d'un rapport sous le thème "L'innovation technologique: l'accroissement de la valeur ajoutée et la contribution au développement technologique".

Lors de cette session diffusée en live, le président du CESE, Ahmed Réda Chami, a indiqué que la présence du chef du gouvernement à cette réunion vient renforcer le partenariat entre les institutions constitutionnelles, à savoir l'Exécutif et le Conseil.

La coopération et la complémentarité des rôles entre les institutions démocratiques participatives et représentatives sont en mesure de concevoir des stratégies de développement et des politiques publiques efficaces et efficientes, a-t-il souligné, ajoutant que cela permettra aussi d'impliquer l'ensemble des acteurs économiques et sociaux ainsi que la société civile.

Il a ensuite exprimé la volonté du Conseil de consolider davantage sa coopération avec le gouvernement en tant que partenaire institutionnel aux côtés du Parlement avec ses deux Chambres.

Compte tenu des circonstances exceptionnelles que traverse le pays, le Conseil se penche, à l'instar des autres institutions nationales et des forces vives de la société, sur les répercussions économiques et sociales de cette crise, a-t-il fait savoir.

"Le CESE est en train de préparer une étude sur le sujet à la demande de la Chambre des représentants", arelevé Ahmed Réda Chami, notant que cette étude ne se limitera par à analyser les répercussions de la crise et à évaluer les mesures prises pour faire face au virus, mais vise aussi à proposer des pistes de réflexions en vue de relancer l'économie et d'accélérer le passage à un nouveau modèle de développement.

S'exprimant à l'occasion de la tenue des travaux de cette session ordinaire, le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a indiqué que l'enjeu aujourd'hui est de surmonter les répercussions de la crise sanitaire et redynamiser l'activité économique tout en restant vigilant pour préserver la santé des citoyens.

Le gouvernement œuvre à limiter l'impact de la crise sanitaire sur les équilibres macroéconomiques du pays, a-t-il fait savoir, mettant l'accent sur la nécessité de créer un équilibre entre la reprise de l'activité économique et la protection de la santé des citoyens.Et d'ajouter que la vision du gouvernement pour développer l'économie nationale se base sur deux piliers, à savoir un plan de redynamisation économique qui s'étale jusqu'à fin 2021, précisant que ce dernier vise à reprendre l'activité économique en accompagnant les différentes catégories d'entreprises nationales impactées notamment les TPME, et en assurant la stabilité de l'investissement public. Le projet de loi de Finances rectificative pour l'année 2020, dont les orientations principales seront présentées lors du Conseil des ministres, aura un rôle principal dans la concrétisation de ce plan, a poursuivi le chef du gouvernement.

S'agissant du deuxième pilier, Saad Dine El Otmani a cité le plan de relance économique à moyen terme dont la conception sera au diapason avec le chantier de renouvellement du modèle de développement avec une réorganisation des priorités aux niveaux économique et social.

Il n'a pas manqué de rappeler que les mesures prises par le Maroc durant la crise sanitaire ont permis de contrôler la situation épidémiologique en évitant la propagation du virus et la montée des cas de contamination, et de soutenir le pouvoir d'achat des citoyens ainsi que les entreprises impactées par la crise en allégeant leur trésorerie et en facilitant leur liquidité.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.