Cote d'Ivoire: Cérémonie d'hommage aux militaires tués lors de l'attaque de Kafolo

Cérémonie d'hommage suite à l' Attaque de Kafolo

Matinée d'hommage, ce jeudi à Abidjan, en présence du président Ouattara, pour les soldats tués lors de l'attaque de Kafolo, il y a un mois. Une action qui n'a toujours pas revendiquée et qui avait visé une base de l'armée et de la gendarmerie dans le nord du pays. Quatorze soldats et gendarmes avaient été tués.

Ce sont quatorze cercueils drapés des couleurs de la Côte d'Ivoire et alignés dans la cour d'honneur du camp militaire Gallieni d'Abidjan, auxquels les autorités ont pu rendre hommage. Treize militaires et un gendarme tués le 11 juin dans l'attaque du poste mixte, installé à la frontière burkinabè, dans le cadre de l'opération « Frontière étanche ».

Le ministre de la Défense Hamed Bakayoko a décoré à titre posthume les militaires et gendarme tombés et les a faits chevallier de l'Ordre national. Puis, le chef d'état-major de l'armée de terre a prononcé une longue oraison, dénonçant « la barbarie de ceux qui comme des vampires s'abreuvent du sang. L'adversaire n'était pas le nombre ou la puissance de feu, mais la perfidie et la traitrise était l'ennemi », a déclaré le général.

Beaucoup s'attendaient à ce que le chef de l'État ivoirien prenne la parole. Il était présent, mais cela n'a pas été le cas. Alassane Ouattara a simplement déposé une gerbe au pied de la stèle dédiée au soldats morts pour la patrie.

D'ailleurs, en Côte d'Ivoire, beaucoup s'interrogent sur cette absence de prise de parole publique du président de la République. Il ne s'est pas exprimé depuis l'attaque, il y a près de quatre semaines, et même ces derniers temps, après les glissements de terrain et inondations meurtriers de la fin juin.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.