Congo-Kinshasa: Enjeux politiques - Martin Fayulu juge la situation politique d'explosive

En dehors du pays durant près de quatre mois à la suite de la covid-19 qui a paralysé les activités des compagnies aériennes, le candidat malheureux à la présidentielle de décembre 2018 a profité de l'occasion de la célébration du soixantième anniversaire du pays pour s'adresser à la nation.

Plus qu'une simple adresse, il s'agit là d'un véritable réquisitoire sur la gouvernance actuelle de la RDC sous la conduite de la coalition FCC-Cach. En tout cas, pour Martin Fayulu, rien ne vas au pays où tous les signaux sont au rouge. Il estime que l'actuel chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, s'est inscrit dans une dynamique de continuité de son prédécesseur de qui il a hérité les tares ainsi que les mauvaises pratiques de gestion.

D'après ce membre du présidium de la coalition Lamuka, le programme d'urgence des 100 jours n'était, en somme, qu'une machination, une sorte de nébuleuse destinée à couvrir détournement massif des deniers publics. « En effet, après les épisodes ahurissants de mauvaise gestion, de bradage du patrimoine minier, pétrolier, forestier, de volatilisation des recettes publiques, de privatisation du patrimoine foncier et de l'accaparement de certains biens de l'Etat par les profiteurs du régime de M. Kabila, voilà que, en bons élèves, leurs complices dans le hold-up électoral de décembre 2018 nous présentent, dans la continuité, un feuilleton nauséabond sur le montage d'un plan de détournement massif des deniers baptisés. « Programme d'urgence des 100 jours », œuvre d'un pouvoir issu du deal de la honte, en définitive de la trahison et de l'indignité », a-t-il indiqué dans son discours. De la sorte, se convainc-t-il, la responsabilité du président de la République y est engagée au regard des révélations faites pendant le procès.

Sur la même lancée, le président national de l'Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecidé) exige que toute la lumière soit faite sur l'affaire des quinze millions de dollars des pétroliers ainsi que sur les détournements de fonds opérés durant les dix-huit dernières années. A l'endroit du peuple congolais, il s'est voulu rassurant en promettant qu'il reviendrait bientôt pour continuer la lutte et libérer le pays. « Je serai avec vous au pays très bientôt de sorte que, ensemble, nous puissions libérer le pays de nos ancêtres et l'engager définitivement sur le chemin de la paix, la stabilité, la dignité, le développement et la prospérité », a-t-il souligné. Et d'ajouter : « Je sais que l'heure est grave, je sais que la situation est explosive et que le pays n'est pas gouverné. Je mesure surtout le degré de vos frustrations.»

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.