Togo: Un cadre règlementaire pour l'exploitation durable et équitable du lac Nangbéto

La pisciculture en cages flottantes étant la plus rentable, et le lac du barrage de Nangbéto étant propice pour une telle activité, il est judicieux de prévoir un cadre règlementaire pour l'exploitation durable et équitable de ce plan d'eau.

L'atelier de validation des directives du lac de barrage de Nangbéto ce jeudi 02 juillet 2020 à la salle de réunion du cabinet du ministère de l'agriculture, de la production animale et halieutique a pour objectifs : valider l'ordre de priorité des actions à mettre en œuvre par chaque partie prenante, valider toutes les recommandations qu'il serait souhaitable de réaliser pour la protection de l'état de santé du lac, et valider la procédure d'autorisation d'installation sur le lac.

La mise en œuvre efficace de ce cadre qui tient compte des aspects écologiques, biologiques et socio-économiques permettra d'augmenter les produits halieutiques pour plus de couverture des besoins nationaux.

Le défi pour le Gouvernement comme pour les acteurs du lac est d'adopter des mesures de gestion des installations aquacoles afin d'apporter des solutions d'ensemble aux problèmes qui se posent au niveau des exploitations aussi bien qu'au niveau des différents usagers.

Le barrage de Nangbéto, situé à 35 km d'Atakpamé et à 210 km au Nord-est de Lomé, dans la préfecture de l'Ogou, constitue une importante zone de production piscicole visant à réduire le déficit en produits halieutiques.

Deux promoteurs piscicoles ( NODIS et GOLD RANCH ) sont implantés dans la zone de la centrale et enregistrent des résultats économiques satisfaisants.

D'autres promoteurs sont annoncés et l'activité piscicole s'intensifie sur le lac pour mettre en valeur les potentialités du lac. La production en 2019 est de 3000 tonnes.

Pour ce faire, les directives qui rassemble les informations disponibles et qui fait ressortir les enjeux et les problématiques spécifiques du lac et qui guide les principaux acteurs dans leurs décisions et leurs actions, a été élaboré en concertation avec les acteurs concernés.

Le gouvernement relève aussi que autour du lac il y a un fort potentiel pour augmenter la production du piments, soja, manioc et maïs aussi.

Il encourage alors les acteurs à innover non seulement dans la transformation du poisson mais aussi dans la transformation du maïs, du manioc, du soja et du piment.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.