Afrique: Winnie Byanyima, patronne d'ONUSIDA - La prévention de nouvelles infections par le VIH notre priorité absolue

interview

Voici la 2ème partie d'un entretien en deux parties portant sur les priorités de l'organisation, la lutte contre le VIH/SIDA en Afrique et l'effet de la COVID-19 sur les personnes vivant avec le VIH. Cliquez ici pour la première partie de l'entretien.

Afrique Renouveau : En tant que nouvelle patronne d'ONU SIDA, quelles sont vos priorités?

Mme Byanyima : L'ONUSIDA a été créé pour lutter contre le VIH/SIDA au niveau mondial. Nous avons environ 24,5 millions de personnes sous traitement antirétroviral (ARV) et 15 millions de personnes séropositives qui n'ont pas encore été testées.

Notre rapport montre qu'il y a eu 1,7 million de nouvelles infections par le VIH dans le monde rien qu'en 2018 et que 770 000 personnes sont mortes du sida la même année. Si le taux d'infection est en baisse, ces chiffres restent élevés.

Notre priorité pour les dix prochaines années est de travailler extrêmement dur sur la prévention, en particulier parmi les groupes vulnérables. Pour les femmes et les jeunes filles, nous devons nous attaquer aux causes structurelles de leur vulnérabilité, qui incluent la culture, les traditions et la pauvreté, entre autres. La violence sexuelle étant si répandue, nous devons nous y attaquer. Nous travaillerons en étroite collaboration avec nos autres partenaires - ONU Femmes, FNUAP, UNICEF, UNESCO, PNUD et autres - pour lutter contre les causes de la vulnérabilité en Afrique.

D'autre part, nous devons travailler sur les droits de l'homme car tant que les homosexuels et les travailleurs du sexe resteront criminalisés, ils seront poussés à la clandestinité et ne se présenteront donc pas pour la prévention ou le traitement. Il est important de supprimer ces lois pénales, afin que ces personnes puissent se présenter aux tests, à la prévention et aux traitements.

Qui est le plus exposé au risque de nouvelles infections ?

Les personnes les plus vulnérables en Afrique sont principalement les femmes et les filles. Dans d'autres parties du monde, ce sont les hommes homosexuels, les travailleurs du sexe, les prisonniers, les migrants et les personnes qui s'injectent des drogues. La prévention n'est pas assez rapide. Jusqu'à 1,7 million de nouvelles infections et 770 000 décès en un an, c'est trop. Nous pouvons encore réduire considérablement le nombre total de nouvelles infections et de décès.

Que faut-il faire ?

Nous avons besoin de plus d'outils scientifiques. Par exemple, nous avons besoin de plus de PrEP (prophylaxie pré-exposition où les personnes à risque ou celles qui ont été exposées au VIH prennent quotidiennement des médicaments pour prévenir l'infection). Récemment, les PPrE ont fait l'objet d'un plus grand nombre d'innovations qui pourraient être utilisées davantage chez les hommes homosexuels et les travailleurs du sexe. Cependant, si dans certains endroits, ces personnes sont déclarées "illégales", elles ne peuvent donc pas aller chercher ces services.

Nous devons également faire face à certaines contraintes, notamment l'absence d'une éducation sexuelle complète et adaptée à l'âge dans les écoles pour permettre aux filles de comprendre leur corps et d'en prendre le contrôle.

Quels sont vos plans pour mettre plus de personnes sous ARV en Afrique ?

Le fait que nous soyons le continent le plus touché par le VIH et le Sida et que la plupart des ARV soient fabriqués ailleurs est une perte pour nous. Même les produits de prévention sont importés. Ces produits devraient être fabriqués en Afrique, ce qui permettrait de créer des emplois et d'augmenter les taxes pour les réinvestir dans nos systèmes de santé.

Il est important que nous renforcions notre capacité de production en Afrique. Il y en a peut-être en Afrique du Sud, au Nigeria et peut-être en Égypte, mais nous devons nous regrouper, produire nos propres médicaments et nous partager le marché africain. C'est une chose qui nous tient à cœur à l'ONUSIDA.

Nous travaillons avec l'Union Africaine et avons quelques collaborations avec la Chine pour promouvoir la fabrication locale. C'est une priorité pour nous.

Cela nous amène à la question de la zone de libre-échange en Afrique. Comment pensez-vous que les produits pharmaceutiques africains peuvent bénéficier de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) ?

L'intégration de notre marché est essentielle et urgente pour que nous puissions renforcer notre capacité de production. Nous ne pouvons pas concurrencer les produits pharmaceutiques en Inde, en Europe ou aux États-Unis, à moins que nos entreprises profitent de l'ensemble du marché africain. L'Ouganda ne peut pas, par exemple, concurrencer l'Inde, qui est la "pharmacie du monde".

Nous devons construire un marché commun, de sorte que, même si l'entreprise se trouve au Burkina Faso ou au Kenya, elle fournisse l'ensemble du marché africain.

Qu'est-ce que cela fait d'être africain, femme et leader sur la scène mondiale ?

Tout d'abord, c'est un grand honneur. Parce que j'ai en moi de nombreux axes d'inégalité - être une femme et être une Africaine. Mais d'un autre côté, ce sont mes points forts, car en tant qu'Africaine, j'ai pu recevoir une bonne éducation, et ensuite progresser dans ma carrière.

Je me considère une survivante parce que je sais d'où je viens. Beaucoup d'autres filles ne sont même pas allées au-delà de l'école primaire. Elles étaient aussi bonnes que moi mais les opportunités étaient si limitées. Certaines étaient plus pauvres alors que d'autres sont tombées enceintes à 13 ou 14 ans et ont été expulsées de l'école. Les filles rencontrent toutes sortes d'obstacles pour les empêcher de progresser. J'ai réussi et je me sens une énorme responsabilité.

Je suis un dirigeant à l'échelle mondiale, mais je ressens une énorme responsabilité envers ceux qui souffrent de désavantages de différentes sortes, qu'il s'agisse de la race, du sexe ou d'un handicap. J'ai beaucoup de sympathie pour eux parce que je sais que j'aurais pu être l'un d'entre eux. Dans cette position, je peux faire preuve d'empathie envers les personnes que nous servons parce que j'ai vu la souffrance tout autour de moi. Je viens d'un village où il y a des gens pauvres, certains sont morts alors qu'ils auraient pu être sauvés parce qu'ils n'avaient pas d'argent.

Je sais que les choses ne sont pas toujours faciles. Elles ne l'ont pas été pour moi non plus. Cependant, je me sens à l'aise dans ce rôle, je me sens aussi bien que n'importe quel autre parce que, d'une manière ou d'une autre, où que je sois, j'ai toujours été poussée vers le haut par les personnes avec lesquelles je travaillais, approuvant ce que je fais. Ainsi, je me sens habilité et je sens que les gens ont confiance en moi. Cela me donne confiance en moi.

Quel rôle les femmes en Afrique peuvent-elles jouer pour une Afrique meilleure - l'Afrique que nous voulons ?

Les femmes africaines contribuent déjà beaucoup à l'économie et aux sociétés africaines. La question que vous devriez peut-être me poser est de savoir combien les femmes africaines devraient faire en moins pour que les hommes puissent également en tirer profit. Et je le dis avec la plus grande sincérité.

Les femmes africaines travaillent dans l'économie aussi dur que les hommes, elles seront à la ferme, au bureau, sur les petits étals du marché à vendre, elles sortiront pour gagner de l'argent. Mais elles reviendront aussi à la maison pour s'occuper des enfants, des personnes âgées, des handicapés à domicile, et faire d'autres travaux qui peuvent se présenter dans leur communauté, à l'église et même dans les écoles. Elles assument trois emplois : la famille, le travail de bureau et un emploi au sein de la communauté.

Une partie de ces fardeaux devraient d'abord être allégée par leurs gouvernements ; par exemple, en apportant de l'eau potable près de la maison, alors qu'en moyenne, une femme africaine marche 10 kilomètres par jour pour aller chercher de l'eau. Il ne s'agit pas seulement de réduire le fardeau des femmes, mais aussi pour des raisons de santé, comme vous l'avez vu avec la COVID-19. La fourniture d'énergie à usage domestique, de bonnes routes et de structures d'accueil pour les enfants devrait être une priorité absolue.

Alors, que faut-il faire ?

Nous devons faire entrer les filles, et les garçons, à l'école secondaire. Beaucoup de nos meilleurs élèves, filles et garçons, ne vont pas à l'école secondaire. Les filles, en particulier, en ont besoin car c'est aussi pour leur propre sécurité face à l'infection par le VIH et à la violence sexiste.

Les femmes africaines peuvent être autonomisées grâce à l'enseignement secondaire en particulier, qui leur fournira les compétences nécessaires à la vie courante. Elles devraient participer davantage à la prise de décision. Nous progressons dans ce domaine, mais trop lentement. Trop de pays n'appliquent pas encore de quotas et les femmes sont donc très peu nombreuses au sein des gouvernements locaux et nationaux. Nous devons faire entendre leur voix et les faire respecter.

En ce qui me concerne, je suis fière des femmes africaines. Où qu'elles se trouvent, elles sont dans les tranchées et se battent pour leur famille et leur pays. Ce sont leurs pays qui doivent davantage à ces femmes. Ce sont leurs frères et leurs maris qui leur doivent plus.

Comment la pandémie COVID-19 affectera-t-elle les personnes vivant avec le VIH ?

Le nombre de décès liés au SIDA pourrait doubler en Afrique subsaharienne entre 2020 et 2021 si les services de lutte contre le VIH sont gravement perturbés - ce qui signifierait 500 000 décès supplémentaires liés au sida.

Mais ce n'est pas tout : les nouvelles infections chez les enfants par transmission de la mère à l'enfant pourraient même augmenter de plus de 100 % dans certains pays d'Afrique. Nous pourrions voir les progrès réalisés dans la lutte contre le sida s'inverser de dix ans. Et c'est dangereux.

C'est pourquoi il est si important de faire passer le message que nous devons poursuivre les deux luttes, celle contre le VIH et celle contre la COVID-19. Ne laissez pas tomber l'un pour l'autre.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.