Sénégal: Hydroxychloroquine et azithromycine - Les résultats "se sont davantage confirmés" (Pr Seydi)

Dakar — Les résultats de l'utilisation de l'hydroxychloroquine et de l'azithromycine dans la prise en charge médicale de la Covid-19 se sont "davantage confirmés"et le traitement sera poursuivi, a déclaré Pr Moussa Seydi, le Coordonnateur national de la prise en charge médicale.

"Actuellement, l'analyse de nos données porte sur 838 patients et non 559 comme la fois dernière. Sur 838, nous avons 127 patients âgés de 12 ans.

Les résultats que nous avons obtenus dans l'utilisation de l'hydroxychloroquine et l' azithromycine se sont davantage confirmés avec cette série plus importantes", a dit l'infectiologue sénégalais, chef du service des maladies infectieuses de l'Hôpital de Fann à Dakar.

Le Pr Seydi s'exprimait lors du point mensuel sur le traitement des patients atteints de Covid-19, quatre mois après l'apparition de la pandémie au Sénégal, le 2 mars.

Selon lui, la durée médiane d'hospitalisation qui était de 10,5 jours est à 10 jours et 12 jours si le patient n'avait pas pris le traitement indiqué, avec une différence statistiquement très significative.

"C'est un traitement bien toléré, la prévenance des effets secondaires est entre 2 et 3% . Tous les patients qui ont pris ce traitement à un stade précoce de la maladie n'ont pas eu de complications et aucun n'est décédé", a expliqué l'infectiologue.

Pr Seydi a également a abordé l'impact de la réduction du délai d'hospitalisation sur la disponibilité des lits.

"Il y a une tension sur la disponibilité de lits au niveau des Centres de traitement. C'est pour cela que la prise en charge à domicile des patients est encore indiquée en ce moment.

Il faut s'adapter au contexte. Libérer des malades nous permet de prendre en charge aussi d'autres malades qui ont des facteurs de gravité ou de survenue de complications", a-t-il fait savoir.

Chaque malade coûte très cher à l'Etat et avec cette réduction de deux jours, c'est plusieurs milliards de Francs CFA qui sont économisés, a-t-il poursuivi.

Le traitement à base d'hydroxychloroquine et d'azithromycine sera poursuivi, selon Pr Seydi.

"Nous allons continuer ce traitement, en sachant qu'il faut faire un essai clinique. Si on s'était basé sur l'essai clinique, il n y aurait pas ce traitement à ce jour. Il n y a aucun traitement validé à ce jour au niveau mondial", a t-il dit.

Sur les signes cliniques, l'infectiologue a indiqué que plusieurs et divers manifestations peuvent être observés, ayant trait à l'atteinte d'un appareil et plusieurs systèmes de l'organisme.

Il a évoqué l'anorexie (la perte d'appétit) et l'agueusie (perte du goût). Le Pr Moussa Seydi a souligné que 50% des patients présentant ces signes testés pourraient être infectées par le virus de la Covid-19.

L'infectiologue a invité les personnes présentant ces signes à s'auto-isoler pour éviter de contaminer leur entourage et à prévenir les services de santé.

Parlant de la survenue des séquelles chez les patients guéris de la Covid-19, il leur a demandé de respecter les rendez-vous à leur sortie de l'hôpital.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.