Congo-Kinshasa: «Syndicat du Peuple » - Fabien Kalala définit les grands axes de sa politique

Le Coordonnateur national de « Syndicat du peuple », Fabien Kalala, a défini de manière générale la politique de gestion de ce mouvement social. Dans une interview accordée à la rédaction de Berkanews.com ce jeudi 2 juillet 2020, ce dernier a déclaré que leur combat est axé sur deux objectifs principaux, à savoir : la lutte contre les injustices sociales dans toutes ses formes et le travail pour une auto-prise en charge. Cependant, le champ d'application du mouvement des syndicalistes du peuple s'étend sur l'ensemble de la République Démocratique du Congo.

Pour ce qui est de combattre les injustices sociales dans toutes ses formes, le « Syndicat du peuple », soucieux de venir au chevet des défavorisées, s'inscrit à fond dans la mission salvatrice de porter haut et fort les doléances et de défendre les droits les plus légitimes des plus démunis, des travailleurs victimes des injustices dans toutes ses formes. Une vision qui s'inscrit, d'une manière ou d'une autre, dans le combat pour l'instauration effective d'un Etat de droit en République Démocratique du Congo.

Il garantit également, dans le cadre de ses objectifs, le droit à une justice équitable pour tous. A travers son cahier de doléances, le Syndicat du Peuple enregistre les différentes plaintes de la population et en assure le suivi au moment opportun.

L'entrepreneuriat et l'auto prise en charge

Outre ses actions contre les injustices, le mouvement social accompagne et soutient également les actions de la République dans la mise en œuvre des mesures d'aide à la communauté congolaise. Tel est le deuxième objectif principal du Syndicat du peuple.

« Quand on a nos ressources, on n'a pas besoin d'aller vers », a martelé Fabien Kalala, Coordonnateur national du mouvement social "Syndicat du peuple" qui reste convaincu que seule l'auto-prise en charge de la population est une voie à l'indépendance de leur mouvement.

Il s'est expliqué en ces termes : « Nous avons constaté, hier, que beaucoup d'amis qui se sont lancé dans ce combat ont eu une seule difficulté, et c'est l'auto-prise en charge ou le financement. Plus vous avancez, mieux encaissez des problèmes, et s'il n'y a pas un financement adéquat, vous risquerez de vous fourvoyer complètement de vos ambitions suite à un appui contraignant ».

Actions sur terrain

Le coordonnateur national a laissé entendre qu'il y a, à ce jour, des avancées significatives dans le cadre des actions qu'il mène sur terrain. A titre illustratif, le Syndicat du peuple a une vaste étendue à Kimwenza Gare où il investit dans le domaine de l'agriculture et élevage dans le cadre de l'entrepreneuriat et de l'auto-prise en charge. Aussi, quelques dossiers déjà enregistrés sont en cours de traitement notamment, celui des vendeurs du marché central et l'hôtel de ville de Kinshasa dont les négociations sont sur la bonne voie. Pour ne citer que ceux-là.

En outre, le Syndicat du peuple a acheté des espaces dans quelques chaînes de télévisions pour la promotion et la vulgarisation de l'information sur sa politique. Une équipe de communication est mise en place pour sensibiliser, à travers les médias, la population congolaise sur les actions et objectifs de ce mouvement social.

Situation politique en RDC, le Syndicat du peuple prône la paix

Comme mouvement d'appui aux valeurs constructives d'un Etat de droit, le coordonnateur national du Syndicat du peuple a décrypté en quelques mots les grandes lignes de la situation politique actuelle dans le pays, notamment le 60ème anniversaire d'accès à l'indépendance de la République Démocratique du Congo et les défis majeurs à relever ; les trois propositions de lois Minaku et Sakata ; la problématique du remplacement de Nangaa à la tête de la CENI ; ainsi que du climat actuel au sein de la coalition au pouvoir, FCC-CACH.

Au regard de tout ceci, Fabien Kalala a appelé toutes les tendances sociopolitiques à mettre de l'eau dans leur vin et à préconiser la paix. Pour lui, « la grande richesse pour nous c'est d'abord la paix », car, si le pays n'est pas en paix, tous les efforts fournis jusqu'ici seront réduits au néant.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.