Congo-Kinshasa: Jean-Paul Moka interpelle Félix Tshisekedi et Joseph Kabila !

Depuis son terreau de Bruxelles, le lieu où la pandémie devenue planétaire en raison de ses ravages à travers l'humanité qu'elle décime, du reste, sans pitié, ni atermoiement, Jean-Paul Moka écrit une lettre ouverte à l'actuel Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et à Joseph Kabila, l'Autorité Morale du FCC et, en même temps, Sénateur à vie.

Il y reconnaît, certes, que les efforts, quoique déjà engagés, sont loin d'atteindre la vitesse de croisière en raison notamment, de la remise à niveau de la formation scolaire et académique de notre peuple ; le renforcement et la croissance de notre PIB ainsi que le contrôle fiscal à tous les niveaux ; la moralisation des pouvoirs publics et, enfin, un effort sans réserve du financement et la professionnalisation de nos forces militaires, policières, sans oublier les services de sécurisation connexes. "Vous y avez certainement pensé, cependant, ce sont les points deux et trois qui demeurent les éléments déclencheurs et à renforcer à tout prix. Toutes les mesures que vous avez prises sont probablement bonnes mais les exécutants peinent à les appliquer.

Afin d'y remédier, il serait utile et hautement conseillé d'établir un tableau précis des profils les mieux adaptés de leurs animateurs. Malheureusement le cadre culturel demeure un grand frein à la réalisation efficiente du troisième point, c'est-à-dire : «La moralisation des pouvoirs publics », explique-t-il. Plus loin, dans cette même lettre ouverte, il recommande l'organisation des stages de formation ainsi qu'un suivi rigoureux « à la MATATA PONYO » au Botswana, en Ethiopie, à Singapore et ou encore aux Iles Maurice peuvent ajouter de la valeur quantifiable, pour des résultats concrets et durables. A son avis, une telle stratégie nationale pendant 10 ans, accompagnée d'un contrôle mensuel permettra de progresser dans la liste des pays émergents, si nous maintenons la stabilité politique. Les entreprises privées demeurent la vraie solution pour notre économie et nul besoin de rappeler l'importance des petites et moyennes entreprises.

D'ailleurs, l'allégement fiscal et exceptionnel du à la pandémie est une excellente décision, cependant les projections macroéconomiques s'annoncent périlleuses entre les mois d'octobre 2020 et Janvier 2021. "Face à des telles perspectives, il serait bien conseillé de trouver toutes les stratégies possibles afin de maintenir la paix sociale. Des solutions créatives et alternatives devraient rapidement se mettre en place pour pallier au déficit fiscal prévisionnel", avance-t-il en guise de pistes à exploiter pour ne pas l'essentiel sur l'autel des intérêts partisans. "Ne comptez pas beaucoup sur les accords des institutions de Bretton Woods. Elles vous feront perdre un temps précieux dans leur applicabilité et surviendront comme les « secours qui arrivent lorsque tous les problèmes sont déjà résolus ». Seules, les initiatives locales et africaines devraient vous servir d'appui", conclut-il.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.