Burkina Faso: Amado Traoré, candidat à la présidence de la FBF - «Rien ne peut et ne doit nous distraire»

document

Suite à la publication d'un communiqué émanant du candidat à la présidence de la FBF, Lazare Banssé, la réaction d'un de ses adversaires, Amado Traoré n'a pas tardé.

Une information relayée par voie de presse et sur les réseaux sociaux fait état de ce que dix présidents de ligues régionales, réunis le 26 juin dernier à Koudougou, ont décidé de s'aligner derrière un candidat.

Je voudrais en ma qualité de prétendant appeler les amoureux du football et les différents électeurs qui nous soutiennent à rester mobilisés et focus sur notre objectif : le changement et le vrai, à la tête de la Fédération burkinabè de football le 22 août prochain à Bobo Dioulasso.

Je voudrais également vous assurer que mon équipe et moi irons à la rencontre de tous les présidents des ligues régionales pour leur présenter notre projet pour le football burkinabè, et leur dire de vive voix notre bonheur de pouvoir travailler avec eux pour un football beaucoup plus compétitif au pays des hommes Intègres.

Je ne saurais spéculer sur la véracité et le sérieux de l'information, cependant je note que cette pratique est la preuve d'une volonté affichée et assumée d'un groupuscule qui a pris en otage, depuis huit (08) ans maintenant, notre passion commune, et nous devons leur donner la réplique dans les urnes le 22 août prochain. J'ai l'impression que chaque fois qu'on avance, ce groupuscule fabrique des informations qui sont relayées sur la toile, et aujourd'hui, c'est par voie de presse. Vous avez tous suivi certains candidats qui disent avoir également les parrainages requis. En tout cas, moi j'ai les parrainages requis, et si un candidat s'arroge le soutien de dix (10) ligues, je vous laisse faire le décompte et en tirer la conclusion dans la mesure où le Burkina Faso ne compte que treize (13) ligues.

Elle est aussi la preuve que la sérénité n'a jamais été de rigueur dans ses rangs. Elle est enfin la marque de fabrique des perdants, envahis par la peur de se voir retirer la confiance placée en eux par les acteurs du football burkinabè. Mais hélas, la messe est dite, et ce que nous voyons en est les prémices.

Il y a un temps pour tout, dit-on. La manipulation n'a que trop duré, la manœuvre est mise à nu, et elle ne peut plus prospérer.

Chers électeurs, l'avenir de notre sport roi est entre nos mains. Ne cédons pas à la diversion, restons concentrés et mobilisés pour la victoire le 22 août prochain.

Oui, rien ne sera facile, l'adversaire, comme vous le voyez, utilise tous les moyens y compris les trafics d'influence et les fausses informations. Comment peut-on d'ailleurs faire confiance à ce type d'acteurs pour la conduite du football au Burkina Faso ? Dirigeants de clubs et ligues, la victoire est proche et au grand jamais, nous n'abdiquerons.

Les grandes victoires sont celles acquises dans la sincérité. Alors, le match ne fait que commencer.

Vive le football, vive le Burkina Faso.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.