Afrique: Des organisations de la société civile et de producteurs - "Ce que nous demandons au conseil café-cacao et au ministère de l'agriculture"

La plateforme des organisations de la société civile et des organisations de producteurs engagées dans le dialogue politique dans la filière-cacao en Côte d'Ivoire a donné une conférence de presse le mercredi 1er juillet 2020 à la Conférence épiscopale régionale de l'Afrique de l'Ouest (Cerao) situé à Cocody les Deux -Plateaux.

« Le présent projet qui nous réunit aujourd'hui est exécuté par Inkota-Netzwerk et Inades Formation Côte d'Ivoire.

Le Projet de "Renforcement des organisations de la société civile et des organisations de producteurs de cacao dans le dialogue politique en Côte d'Ivoire dans la filière cacao en côte d'Ivoire " entre dans le cadre de la mise en œuvre de la composante Réseautage et dialogue international du projet mondial "Centres d'innovation verte dans le secteur agricole et alimentaire".

Ce projet mondial est lui-même une composante de l'Initiative "un seul monde sans faim" du ministère fédéral allemand de la coopération économique et du Développement qui, à travers 15 Centres d'innovations vertes dans le secteur agroalimentaire, répartis dans 14 pays africains et en Inde, vise l'amélioration des revenus des petites exploitations agricoles, la création d'emplois ainsi que l'approvisionnement alimentaire dans les régions rurales cibles », a déclaré Aristide Romaric chargé du programme plaidoyer dans la filière-cacao.

Aristide Romaric a dit que l'objectif général est de contribuer au développement et à la mise en œuvre de stratégies et de mesures pour la réalisation d'un revenu vital pour les familles de cacaoculteurs à travers des propositions constructives et innovantes des acteurs de la société civile dans le cadre des processus de dialogue internationaux et nationaux.

Zéi Pauline, point focal de cette plateforme, a indiqué que le projet permettra d'accompagner les organisations de producteurs de Cacao, prendre en charge elle-même le plaidoyer pour la défense de leur intérêt dans la filière café-cacao.

Elle a ajouté que l'objectif est de contribuer à l'amélioration de leur revenu tout en assurant la durabilité de la production cacaoyère en Côte d'Ivoire. Elle a appelé les décideurs du gouvernement notamment le conseil café-cacao à organiser un atelier de réflexion national, en y associant la société civile et les producteurs de Cacao. Zéi Pauline a profité de l'occasion pour inviter les instances dirigeantes de la compagnie Nestlé à revoir leur décision et mettre un terme à l'achat du cacao "Fairtrade"

« Une telle décision aura un impact négatif important sur les conditions de vie des producteurs, Nestlé étant l'un des principaux acheteurs de cacao certifié Fairtrade grâce à sa marque "KitKat" et représentant environ 20% du marché équitable en Côte d'Ivoire.

La prime issue du Fairtrade représente en effet un filet de sécurité important pour les producteurs de cacao qui risquent de sombrer davantage dans la pauvreté si Nestlé maintient sa décision », a-t-elle conclu.

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.