Madagascar: Malagasy bloqués à l'étranger - Le gouvernement réfléchit à des dispositions de rapatriement

1 254. C'est le nombre des ressortissants malgaches bloqués à l'étranger suite à la suspension des liaisons aériennes et maritimes dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus.

Après le rapatriement de 176 travailleuses malgaches depuis le Koweït et de 130 autres venant de l'île Maurice, des centaines de nos ressortissants sont encore bloqués dans d'autres pays où ils vivent dans une situation de précarité. Parmi eux figurent des missionnaires, des étudiants, des éléments des Forces de l'ordre ayant suivi des formations, mais aussi des personnes ayant subi une évacuation ou un contrôle sanitaire.

Du côté du ministère des Affaires étrangères, l'on s'active pour trouver des solutions en vue du rapatriement de ces ressortissants malgaches. La question a d'ailleurs été évoquée durant le Conseil des ministres de mercredi dernier. »

Le gouvernement malgache suit de près leur situation, et est en train de chercher des solutions « , affirme le communiqué du Conseil des ministres.

Et d'annoncer au passage que des dispositions vont être prises en vue de leur rapatriement. Il convient de rappeler que pour le cas des travailleuses malgaches au Koweït, c'est le gouvernement koweïtien qui a affrété un avion spécial pour assurer leur rapatriement.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.