Madagascar: Pas deb'ile

L'amiral Ratsiraka a de nouveau crevé l'écran de « sa »station de télévision pour parler de tout et de rien en jouant à l'innocent pour rejeter tous les torts de la République à ses successeurs et leur rue publique.

Comme quoi il suffit de deux heures de prestation télévisée pour injecter une cure d'amnésie à une partie de l'opinion qui lui trouve grâce et qualité, en jouant à la fois au pitre et au prestidigitateur.

Ratsiraka a impressionné ceux qui ne le connaissent pas par sa mémoire d'éléphant blanc qui oublie les affres du paradis socialiste, sa grande culture qui le distingue de tous ses successeurs, son intelligence qu'il a utilisé pour engluer le pays dans cette pauvreté inénarrable.

Eh oui, la pauvreté a commencé avec l'ère socialiste et le cuisant échec qui a provoqué le recours aux bailleurs de fonds et leurs conditionnalités tout à fait inhumaines. Depuis, on n'a jamais vu le bout du tunnel.

Mais Ratsiraka n'est pas sorti de son confinement pour amuser la galerie avec ses dérivatifs et ses calembours. Il est venu pour parler des grands sujets qui préoccupent tout le monde en ce moment et montrer qu'il reste l'homme de la situation malgré son quart de siècle d'échec dans la gestion des affaires nationales.

La pandémie de la covid-19 n'a pas échappé à sa perspicacité. Didier Ratsiraka a ainsi suggéré la réquisition des établissements hôteliers qu'elle que soit leur catégorie pour abriter les malades de la Covid-19. Il a jugé le confinement à domicile comme le terrain de prédilection de la contamination du coronavirus .

Pourquoi pas après tout? Les hôtels sont fermés depuis quatre mois. L'hôtellerie comme le tourisme sont les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire.

Ils pourront améliorer leur taux de remplissage et sauver l'année avec cette idée de Ratsiraka qui est loin d'être saugrenue. C'est une occasion également de permettre à une partie de la population de goûter au luxe de ces établissements. Une occasion qui ne se représentera peut être jamais dans leur vie.

Comme l'État a réquisitionné les mass médias depuis le début de l'état d'urgence sanitaire, il peut en faire autant avec le secteur hôtelier.

Ça ne coûte rien à l'État de suivre ce raisonnement de Ratsiraka. L'octogénaire a encore bon pied bon œil et a une excellente vision de l'actualité.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.