Madagascar: Protection individuelle - Des équipements arrivent en masse dans les hôpitaux

La protection des travailleurs de santé, face au coronavirus, a été renforcée. Cette semaine, le ministère de la Santé publique a augmenté l'approvisionnement en équipement de protection individuelle (EPI) des agents de santé dans les hôpitaux de la capitale.

«Une équipe du ministère est arrivée hier et avant-hier, pour nous remettre des équipements de protection. J'ai fait une commande nécessaire pour deux semaines, le ministère nous l'a livré en complet», affirme le Dr Rado Razafimahatratra, directeur de l'établissement centre hospitalier universitaire à Anosiala, un centre de traitement de la Covid-19, hier.

Au centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA), le ministère de la Santé publique a remis des milliers de masques FFP2, de sur-blouses et des flacons de gel hydro-alcoolique.

« Le ravitaillement se fait, selon les besoins. En tout cas, il est certain que le ministère va continuer à nous ravitailler », lance le professeur Olivat Aimée Rakoto Alson, directeur de l'établissement CHU JRA.

Cet hôpital n'avait pas prévu la prise en charge des victimes de ce virus, mais face à la propagation de la maladie, des cas arrivent à l'hôpital. Plusieurs de ses agents ont été infectés, face à l'insuffisance d'EPI.

Le ministère de la Santé publique n'aurait pas oublié le secteur privé. « L'association des hôpitaux et des cliniques privées a fait une demande officielle.

Nous avons offert des masques, des gants, des flacons de gel hydro-alcoolique à cette association. Nous avons, également, équipé l'ordre de Chirurgiens dentistes de masques et de visières », déclare le secrétaire général du ministère de la Santé publique, le professeur Duval Gaëtan Solofomalala.

Ces équipements de protection arrivent à point nommé. Le besoin en EPI augmente. « Face à la hausse des cas, nous avons doublé l'équipe de garde», enchaine le directeur du CHU à Anosiala. Plusieurs agents de santé ont contracté le virus Covid-19, depuis le début de cette épidémie.

Les syndicats des professionnels de santé ont accusé le manque d'équipement de protection individuelle comme cause de la hausse des professionnels de santé infectés.

« Où sont passés tous les dons offerts par les partenaires et les philanthropes comme Jack Ma, depuis le début de l'épidémie ? », se demandent des professionnels de santé qui menacent de réagir, si ce problème de base n'est pas résolu en urgence.

« Les EPI n'arrivent pas simultanément, mais selon l'arrivée des cargos. La distribution dépend de la disponibilité des EPI. Nous devons, également, tenir compte de la situation épidémiologique. On a doté toutes les localités, même Amboasary Atsimo.

Sauf que là-bas, comme il n'y a pas encore de cas, les combinaisons n'ont pas encore été utilisées. Les EPI sont concentrés dans les hôpitaux des zones où l'épidémie sévit », explique le secrétaire général du ministère de la Santé publique.

Il a, également, indiqué que les centres de traitement de la Covid-19 sont dotés d'EPI complets. Ceux qui ne prennent pas en charge directement des victimes de cette maladie, comme les agents du centre d'appareillage de Madagascar, ainsi que les agents de l'administration des hôpitaux et ceux du ministère de la Santé publique, n'ont pas besoin d'EPI complet. « On leur a remis des gants et des masques chirurgicaux ».

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.