Sénégal: Traitement à la chloroquine ,«COVID-organics» - Le diagnostic du pr Moussa Seydi

Le chef du Service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de Fann, Pr. Moussa Seydi, a indiqué lors du point de presse tenu hier, jeudi 02 juillet, pour faire le bilan mensuel l'épidémie dans le pays que l'association de la chloroquine à l'Azithromycine dans le cadre du traitement des malades de Covid-19 reste fiable et très efficace. Il s'est prononcé également sur d'autres sujets liés à la Covid-19.

« Les résultats que nous avons obtenus à propos de l'utilisation de l'hydroxychloroquine et de l'Azithromycine, se sont davantage confirmés avec cette série plus importante. La durée médiane qui était de 10,5 jours est maintenant à 10 jours, et 12 jours si le patient n'avait pas pris le traitement indiqué.

C'est aussi un traitement bien toléré parce que la prévalence des effets secondaires est entre 2 à 3%. Tous les patients qui ont pris ce traitement à un stade précoce de la maladie n'ont pas eu de complication et aucun n'est décédé », a renseigné le Pr. Seydi.

Et de préciser : « l'analyse de nos données portent sur 838 patients, et non sur 559 comme à la précédente communication. Et parmi ces 838 patients, nous avons 732 patients âgés de plus de 12 ans ».

Par ailleurs, le chef du Service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de Fann explique que « la durée d'hospitalisation a un impact sur le psychisme du patient.

Quand on dure dans un centre de traitement à la longue, ça peut avoir des conséquences». Donc, a-t-il poursuivi, «réduire cette durée d'hospitalisation ne serait-ce que de 02 jours est un élément important ».

Aussi, il y a une tension au niveau de la disponibilité des lits au niveau des centres de traitement. Raison pour laquelle selon Pr Moussa Seydi, « il faut s'adapter au contexte. Libérer des malades nous permet de prendre en charge aussi d'autres malades qui ont des facteurs de gravités ou des facteurs de complications ».

Et de renchérir : « même sur le plan économique, chaque malade coûte très cher à l'État. Avec cette réduction de 02 jours, c'est plusieurs millions de francs CFA qui seront économisés.

Donc, nous allons continuer ce traitement ». Question symptomatologie, le Pr Seydi a révélé 02 symptômes de Covid-19, à la perte de l'odorat (anosmie) et du goût (agneusie)

Selon le Pr. Seydi, « on peut les voir dans la grippe et dans d'autres pathologies. Mais dans plus de 50% des cas, les patients qui présentent ces signes, quand ils sont testés à la Covid 19 sont positifs ». Sur ce, il incite ceux qui portent ces signes à s'auto isoler pour ne pas contaminer leur entourage et aussi de saisir la cellule d'alerte pour que le nécessaire soit fait. Quid des séquelles post-guérison !

Là, le Pr Seydi dira : « L'autre élément qui me paraît important de souligner, c'est la survenue des séquelles », a lancé la Pr. Moussa Seydi. Selon lui, personnes atteintes et guéris de la maladie à Covid 19 peuvent souffrir dans le futur des séquelles qui « peuvent être de plusieurs ordres ».

Précisant que ces cas ne sont pas courants, l'infectiologue soutient que « c'est important d'avoir cela à l'esprit ». Et de poursuivre : « les patients qui ont eu un rendez-vous, il faut que ces patients respectent les rendez-vous qui leur sont donnés».

Aussi, en énumérant quelques séquelles qui pourraient subvenir chez des patients après la guérison, Pr. Seydi indique qu' « on peut citer comme séquelles, les détresse respiratoire, la fibrose pulmonaire ». Non sans insister que «même ceux qui n'ont pas eu de rendez-vous, ils doivent se signaler s'ils sentent des signes après plusieurs mois de guérison».

LA TISANEMALGACHE «COVID19»TOUJOURS DANSLESLABORATOIRES

Pour le coordonnateur de la prise en charge médicale de la Covid-19, Pr. Moussa Seydi, « à l'heure actuelle, même l'Oms n'a pas fini son étude. Alors que dire sur un produit dont on ne connaît pas alors tous les constituants ».

Et de faire savoir, « qu'il y a des études très cliniques qui ont été menées sous la houlette du directeur de la pharmacie et du laboratoire, et probablement dans les jours ou semaines à venir, nous recevrons le rapport.

Et à partir de ce rapport, nous verrons comment asseoir un essai clinique. Parce qu'il faut forcement tester le « Covid Organics » mais aussi l'Artémisia du Sénégal ». Donc le processus suit son cours.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.