Sénégal: Pr Moussa Baldé, ministre de l'agriculture - «Aucun opérateur ne va être couvert pour des faits de corruption»

Le Pr Moussa Baldé, ministre l'Agriculture, a fait le point sur la cession des semences et des intrants. Selon lui, une mise en place des semences en bouclage et 33 opérateurs défaillants ont vu leur agreement retiré et remplacé pour le grand bonheur des producteurs.

«Le gouvernement du Sénégal a fait un effort conséquent pour le budget des intrants. Le président de la République a fait passer le budget de 40 à 60 milliards soit un effort 50%.

Un effort réparti de façon optimale. Nous avons augmenté de 50% les engrais de 100.000 tonnes à 150.000 tonnes. Pour l'arachide, les opérateurs ont demandé d'augmenter la subvention de 10% avec le même prix que l'année dernière en conservant le même tonnage 70.000 tonnes.

Pour les céréales, nous avons décidé de faire en sorte que notre pays puisse assurer en cette période de pandémie un minimum de sécurité alimentaire en augmentant de façon conséquente des semences certifiées de riz de 7 à 10.000 tonnes.

Les semences sont données de façon gratuite avec une subvention de 100% pour rembourser sous forme de paddy. Pour le maïs, les semences certifiées sont passées de 1500 à 3000 tonnes et maintenues le même niveau pour le sorgho.

Pour le niébé, nous avons eu une bonne production l'année dernière ainsi que les pastèques. Nous allons maintenir le même niveau que l'année dernière.

Aujourd'hui, près de 95%des semences arachides sont mis en place et 80% sont achetés par les producteurs et d'ici une semaine tout va bien se terminer. Quand nous avons eu des défaillances, 33 opérateurs ont vu leur agrément retirer, remplacer et vont être mis sur liste rouge. Nous allons assainir le secteur».

SUR LES SOUPÇONS DE CORRUPTIONS D'OPÉRATEUR

Le ministre demande à ceux qui ont des preuves de saisir directement les services de sécurité ou la justice. «Aucun opérateur ne va être couvert pour des faits de corruption», tranche-t-il. «Pour le riz, c'est plus facile.

Les dix tonnes sont mises en place avec les organisations de paysans ciblés. La distribution du maïs, du mil, du niébé dans un maximum une semaine sera terminée. On peut dire que les opérations de mises en place des semences vont se terminer d'ici le 10 juillet.

Pour les engrais, dernière étape après les semis, nous voulons que les 50% soient mis en place avant le 15 juillet car, il faut acheter pour libérer les magasins et continuer la fourniture. L'autre intrant plus important reste la pluie. La météo avait prévu un hivernage assez précoce, tendance normale et très pluvieuse. Et ça se confirme.

Contrairement à l'année dernière, l'hivernage s'est installé au Sud de façon homogène. L'année dernière les premières vagues de semis ont eu lieu en mi-juillet et cette année, si les tendances se poursuivent les semis vont se terminer avant le 15 juillet entre Kédougou et Ziguinchor.

Ce qui est exceptionnel. Nous pensons que d'ici peu l'hivernage va s'installer dans tout le pays. Et il nous permettra de croire à une bonne campagne.

Le chef de l'Etat a fait beaucoup d'efforts. Nous encourageons donc les producteurs et tous les acteurs de mériter cela. Pour le matériel, nous remettons en général un matériel attelé. Nous avons distribué 17000 unités l'année dernière et dans certains endroits, la cession se poursuit.

OFFRE DE MATÉRIEL DU PRÉSIDENT SALL

«Le président Sall nous instruit de distribuer gratuitement tout matériel subventionné à hauteur de 70% constitués de motoculteur, de batteuses, un millier d'unité ; et de les offrir gratuitement aux jeunes et femmes porteurs d'initiatives agricoles.

Et dans une semaine, nos sociétés d'encadrement ont ciblé les bénéficiaires. Nous avons réceptionné, il y a 4 jours, 20 tracteurs avec la coopération espagnole à travers l'ANIDA avec dix pour la région de Kolda et Sédhiou, le reste pour le bassin arachidier. Et nous continuons de finaliser la distribution du programme des tracteurs brésilien ».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.