Cameroun: Prise en charge des malades - Alim Hayatou veille sur la gratuité

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Santé publique, a effectué une visite d'inspection hier dans les centres spécialisés.

C'est par l'Hygiène mobile qu'Alim Hayatou, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Santé publique, chargé de la lutte contre les épidémies et les pandémies, a démarré sa visite d'inspection.

Des dons constitués de denrées alimentaires, masques, combinaisons, savon, glacières, gants, gels hydroalcooliques, pulvérisateurs, thermoflashs, test rapides, surblouses, bottes, matelas, etc ont été présentés au secrétaire d'Etat.

Ce matériel consistant a été offert entre autres par les gouvernements chinois, français, marocain, gabonais, des ONG et autres opérateurs économiques.

Le secrétaire d'Etat, dans sa visite, s'est rendu compte de la disponibilité du matériel et a tenu à s'assurer auprès des responsables qu'il sera bien acheminé dans les tout prochains jours vers les dix régions du pays.

Deuxième arrêt, stade militaire. Espace de prise en charge des malades du Covid-19. Même si aucun malade n'est encore interné dans ce centre, Alim Hayatou a été impressionné par le travail fait. Tout, ou presque est prêt. Il ne reste que les toilettes qui seront livrées mercredi, comme l'a assuré le chef de chantier.

Sous les tentes aménagées, 160 lits bien équipés. Le directeur du centre a rassuré le secrétaire d'Etat de la capacité du centre à aller jusqu'à 360 lits.

Autre son de cloche par contre du côté du centre spécialisé de prise en charge du Covid-19 au lieudit ancien Orca.

L'hôpital est opérationnel depuis le 8 juin dernier. Hier, on a appris des explications du responsable du centre que des patients y résident. Parmi eux, une femme enceinte et un enfant de cinq ans. Le directeur rassure, ils récupèrent bien.

Dans le centre, le dispositif de protection est de rigueur. Dès l'entrée, obligation de se désinfecter les mains. Bien plus, deux couloirs distincts sont réservés, pour les malades et pour le personnel.

De même, une tour de contrôle a été équipée de caméras et ordinateurs pour veiller sur les malades qui seraient dans le besoin.

Le personnel de santé n'est donc pas en étroite cohabitation avec eux, juste en cas de nécessité. On y retrouve également une pharmacie, une unité d'imagerie médicale, une salle de kinésiethérapie, une buanderie, une salle de repos des infirmiers, etc. D'une capacité de 291 lits, le centre peut accueillir jusqu'à 300 malades.

Dernier arrêt, au stade annexe de Mfandéna au quartier Omnisports. Un point de dépistage rapide y a été installé.

Hier, ils étaient une cinquantaine à s'y faire dépister. Le chef de poste n'a manifesté aucun besoin majeur. Les populations, grâce à la mise en place d'un comité de veille, coopèrent .

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.