Sénégal: Démolition et réhabilitation du marché Sandaga - L'Unacois Yessaal rassure les commerçants

Selon Alla Dieng, directeur exécutif de l'Unacois Yeessal, le déplacement du marché Sandaga est inévitable, car il doit être réhabilité pour des raisons de sécurité. Toutefois, il promet que les intérêts des commerçants seront défendus quelle que soit la situation. Avant de solliciter l'indulgence des autorités pour reporter la date de démolition juste après la fête de la Tabaski. Ce qui a été finalement accordé aux commerçants.

« Au moment où je vous parle, les commerçants se disent être dans l'incertitude du retour. Certains même plus radicaux disent que ce ne sera plus un marché. D'autres craignent que si les travaux finissent, d'autres personnes occupent les lieux. Ils veulent être rassurés qu'après la réhabilitation, ils seront prioritaires ». Ces propos sont du directeur exécutif de l'Unacois Yessaal Alla Dieng qui promet de défendre sans failles les intérêts des commerçants. « Ils ne seront pas lésés. On restera toujours à leurs côtés. Nous agissons pour défendre les intérêts des commerçants. S'ils sont édifiés sur ces trois questionnements, tout ce bruit va s'estomper. Premièrement quand est-ce qu'ils doivent quitter les lieux ? Deuxièmement comment ils doivent partir ? Et enfin comment ils doivent revenir ? », soutenait-il.

A son avis, un protocole d'entente devrait être signé entre les parties. «Le Ministre en charge de cette question peut être changé à tout moment. Si un autre ministre est nommé et il dit que ce dossier ne l'engage pas, ce document peut servir de preuve », indique-t-il. Par ailleurs, l'Unacois Yessaal est d'avis que le gouvernement doit faire davantage preuve d'indulgence dans cette affaire d'autant que la pandémie de la Covid-19 a fortement touché le secteur du commerce. «Les commerçants ont beaucoup souffert durant ces trois derniers mois. En plus, la Tabaski est un moment de traite pour eux, parce que c'est une période de forte consommation », lancera-t-il.

Après la Tabaski, Alla Dieng demande toutefois aux commerçants de quitter Sandaga, parce que dit-il, la réhabilitation est une nécessité aujourd'hui. « Ce sont eux-mêmes qui ont sollicité la réfection du marché. On ne peut pas faire de la mayonnaise sans casser des œufs. Nécessairement, les gens doivent quitter les lieux. Ce sera deux ans de difficultés mais ils peuvent se rattraper après. Il y aura certainement des mesures d'accompagnement pendant ces deux ans. De toute façon, nous allons nous battre pour les défendre et nous sommes dans cette optique », at-il conclu.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.