Congo-Kinshasa: Les entreprises minières appelées à déconfiner immédiatement leurs employés

Les entreprises minières du Lualaba sont appelées à procéder à un déconfinement total et immédiat de tous les travailleurs ayant passé plus d'un mois sur les sites. La ministre du Travail, en mission dans la ville minière de Kolwezi, a annoncé cette décision jeudi à l'issue des concertations avec les responsables des entreprises minières.

Pour Nene Ilunga, la ministre du Travail congolaise, le déconfinement des mineurs doit prendre effet immédiatement, sauf dans certains cas comme celui de l'entreprise TFM où les travailleurs vivaient déjà sur les sites miniers bien avant la pandémie du coronavirus. « Pour ces cas-là, il y a une particularité, les responsables vont rester négocier avec le gouvernement provincial, a-t-elle expliqué jeudi lors de sa visite à Kolwezi. Mais la mesure générale reste le déconfinement total et le déconfinement dans l'immédiat de tous les travailleurs qui ont déjà passé plus d'un mois sur les sites de travail. »

Impatience

Dans les entreprises minières, la plupart des responsables indiquent qu'ils étudient encore les modalités de déconfinement. Les travailleurs, eux, attendent avec impatience l'application de la décision gouvernementale.

Cet agent de l'entreprise minière Comus à Kolwezi a déjà passé trois mois sur le site d'exploitation. « Faire notre vie ici pendant plusieurs mois, que ce soit pour notre avenir, que ce soit pour notre santé, ce n'est pas vraiment facile, rapporte-t-il. Mais comme les autorités viennent de prendre une des décisions les plus attendues par les travailleurs que nous sommes, nous attendons son application, sinon rien n'est officiellement annoncé dans notre entreprise. »

Depuis le mois de mars dernier, plusieurs centaines des mineurs vivent confinés sur les sites miniers en province du Lualaba, dénonçant régulièrement leurs mauvaises conditions de vie.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.