Cameroun: Succession Fotso Victor - Le « contenu » du testament contesté

4 Juillet 2020

Le successeur coutumier et traditionnel de Fosto Victor, industriel de renommée décédé le 19 mars 2020 et inhumé le 20 juin dernier à Bandjoun, est connu.

Il s'agit de Pascal Damien Fotso Ngappe, âgé de 26 ans, ingénieur en formation au Canada. L'heureux élu est le fils de Chantal Fotso, septième épouse du défunt et chef de file d'une frange de la famille favorable au report des obsèques du de cujus en cette période de pandémie du coronavirus.

Ce groupe s'est ainsi opposé, sans succès, à Laure Toukam Fotso épouse Njitap et autres, qui ont obtenu devant le Tribunal de grande instance de Nanterre en France, le transfert de la dépouille de Fotso Victor au bercail.

C'est Laure Toukam Fotso, conjointe de l'ancien lion indomptable, Gérémi Sorel Njitap, qui a finalement organisé l'inhumation du défunt, selon ses dernières volontés, avant d'être désignée administratrice de biens de la famille Fotso. Dans sa tâche, l'administratrice de biens sera appuyée par Marcel Florian Fotso (28 ans) et Jonathan Fotso Kuaté (24 ans), respectivement diplômé en comptabilité aux Etats-Unis et étudiant dans une institution universitaire à Yaoundé. Le 22 juin, deux jours après avoir conduit Fotso Victor à sa dernière demeure, Me Rose Guemdjo Kouam, notaire à la Cour d'appel de l'Ouest à Bafoussam, a ouvert le testament pour communiquer à la famille l'identité du successeur et des administrateurs.

Me Rose Guemdjo Kouam était assistée de deux de ses collègues venant de Yaoundé et de Bandjoun. De sources proches de cette famille indiquent que le contenu de ce testament, tel que délivré, est remis en cause. Les contestataires parlent d'un simulacre de conseil de famille et se plaignent de ce que le testament a été ouvert en présence d'une « poignée de personnes seulement ». Alors que le défunt a laissé 25 épouses et un peu plus de 120 enfants.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.