Algérie: Ouargla - Traitement de plus de 630.000 palmiers dattiers contre le Boufaroua

Ouargla — Pas moins de 635.000 palmiers dattiers productifs dans la wilaya d'Ouargla seront traités contre le Boufaroua (un acarien de la famille des tetranychidae) au titre de la campagne nationale de protection des végétaux, a-t-on appris auprès de la Direction des services agricoles (DSA).

L'action de prévention contre les maladies et parasites nuisibles, lancée le week-end dernier au niveau d'une palmeraie dans la commune de Sidi-Khouiled (15 km à l'Est d'Ouargla), a vu l'intervention de plusieurs opérateurs privés (11 entreprises), agriculteurs, et l'Institut national de la protection des végétaux (INPV) de Ghardaïa, a indiqué le directeur du secteur Salim Benzaoui.

Tous les moyens nécessaires ont été ainsi mobilisés pour la réussite de cette opération de prévention, a assuré de sont côté le chef de service de l'assistance technique à l'INPV, Abdallah Dejal.

Le Boufaroua, l'un des principaux ravageurs du palmier dattier, causant des dégâts considérables sur la qualité et le rendement de la production phœnicicole, est une petite araignée très résistante aux températures élevées et aux fortes insolations, a-t-on expliqué.La wilaya d'Ouargla recèle un patrimoine de plus de 2 millions de palmiers dattiers implantés sur une superficie globale de plus de 25.000 hectares.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.