Congo-Kinshasa: ANAPI et USAfBC s'engagent à matérialiser l'accord sur le commerce et les investissements

Un protocole d'accord a été acté le 2 mars 2020 à Washington entre l'Agence Nationale pour la Promotion des Investissements de la République démocratique du Congo (ANAPI) et le Centre d'Affaires Etats-Unis - Afrique de la Chambre de Commerce américaine (USAfBC).

Cet accord établit les principes et la base d'une coopération accrue entre l'ANAPI et la Chambre de Commerce américaine en vue d'améliorer l'environnement des affaires entre les deux organisations, et vise surtout le renforcement des liens économiques d'affaires entre les entrepreneurs congolais et américains au niveau du secteur privé de deux pays.

Estimant qu'une croissance économique tirée par les exportations et résultant d'une augmentation d'investissements est la clé de la création d'emplois et de la réduction de la pauvreté, l'ANAPI et la Chambre de Commerce américaine se sont, notamment, engagés à travailler ensemble pour coordonner leurs activités de politique, de défense et de promotion des affaires, en particulier sur les opportunités spécifiques de commerce et d'investissement entre les États-Unis et la RDC ; soutenir les mesures visant à améliorer l'environnement d'investissement pour les entreprises américaines faisant des affaires en RDC et les entreprises de la RDC faisant des affaires aux États-Unis ;...

Lancement officiel du « Guide économique RDC »

En marge de la cérémonie de signature de ce Protocole d'accord, le président de la RDC, Félix-Antoine Tshisekedi, a officiellement lancé le « Guide économique RDC », un support informationnel sur les opportunités d'investissement en RDC, sous le regard attentif du sous-secrétaire d'Etat américain aux affaires africaines, Monsieur Tybor Nagy, des responsables de la Chambre de commerce américaine et de l'ANAPI, ainsi que de plusieurs opérateurs économiques de deux pays réunis autour d'une Table ronde pour discuter de l'avenir des relations économiques bilatérales.

Ce guide économique fournit des informations concernant divers secteurs autres que l'exploitation minière, pour laquelle la RDC est déjà réputée à l'international.

« Avec ce guide, nous lançons les baby-steps qui édifient les entreprises américaines en plaçant un cadre où l'on peut exercer en RDC », estimait Anthony Nkinzo. Le directeur général de l'ANAPI annonçait même des réflexions sur la création d'un « guichet économique avancé pour les investisseurs américains en guise de facilitation ».

Relance de la croissance et défi de la diversification

La RDC est riche en ressources naturelles, en minéraux stratégiques, et possède la moitié des forêts et des voies fluviales d'Afrique. Ces ressources, ainsi que les autres caractéristiques uniques du pays, offrent des possibilités d'investissement importantes. La RDC a engagé un certain nombre de réformes, incluant, notamment, la libéralisation du secteur de l'énergie, la mise en place d'un guichet unique pour les investisseurs et la rationalisation du système fiscal. Ces réformes, les autres engagements pris auprès des institutions multilatérales, ainsi que la volonté du gouvernement d'améliorer le climat des affaires, sont autant de signes indiquant que le pays est prêt à attirer les investissements directs étrangers.

Cependant, l'économie congolaise reste dominée essentiellement par le secteur primaire. Et bien que les performances économiques réalisées par le pays depuis bientôt cinq ans dénotent un regain de vitalité dans le secteur minier, celui-ci ne contribue cependant pas de manière significative à la création de la richesse nationale. C'est ainsi que le gouvernement de la République, sous la houlette du président de la République Félix-Antoine Tshisekedi, ne compte pas uniquement s'appuyer sur les exceptionnelles réserves en matières premières que compte le pays et a adopté un Plan National Stratégique de Développement (PNSD). Ce plan met l'accent sur un certain nombre de secteurs, entre autres, l'éducation, les infrastructures, l'énergie, l'agriculture, l'industrie, les télécommunications, l'assurance, etc., devant contribuer à la diversification et à la résilience de l'économie congolaise, principal gage de sécurité contre les chocs exogènes.

Dans la foulée, l'ANAPI et l'USAfBC prévoient de travailler ensemble sur les politiques, la défense des intérêts et les efforts de promotion des entreprises.

« Nous allons travailler à identifier les pans d'actions et les domaines d'intervention à approfondir dans le cadre de la collaboration avec l'ANAPI pour permettre aux investisseurs américains de comprendre le marché congolais et d'identifier la RDC comme une destination privilégiée pour faire les affaires », a indiqué Monsieur Guevera Yao, directeur pour l'Afrique centrale, du Nord et de l'Ouest de l'USAfBC.

Pitshou Mulumba

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.