Afrique: Économie verte - Des acteurs de la société civile formés au calcul des crédits-carbone

La République du Congo est entrée dans la phase de la commercialisation des crédits-carbone, en lien avec le processus de la Réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts(Redd+). D'où l'organisation de la formation, le 3 juillet à Brazzaville, à l'endroit de cinquante jeunes activistes sur le mécanisme et la conception des projets bancables.

La session de renforcement des capacités des membres de l'association Caucus des jeunes pour la lutte contre la déforestation et la dégradation forestière interpelle sur la notion de l'environnement et la question des changements climatiques. Les crédits-carbone, quant à eux, s'intéressent au stockage, à la transformation et à l'utilisation des ressources en carbone dans le sol et l'impact environnemental.

La ville de Brazzaville est considérée comme un grand centre de consommation du bois et du bois énergie par les ménages. Son extension se fait au détriment des forêts périphériques. C'est ainsi qu'en lançant la session de formation, la ministre du Tourisme et de l'Environnement, Arlette Soudan-Nonault, a salué l'engagement du Caucus des jeunes activistes en faveur de la préservation des écosystèmes forestiers du pays face à la menace que représente le changement climatique.

Ce processus de la Redd+ auquel le Congo a adhéré, a ajouté la ministre de l'Environnement, doit aboutir à une gestion durable des forêts nationales et des écosystèmes basés sur des économies de tourbières et des mangroves, y compris par leur valorisation à travers les crédits-carbone. « Le rôle que jouent les forêts dans l'atténuation des émissions de gaz à effet de serre est connu de tous, s'y ajoute aujourd'hui l'immense réserve des tourbières (... ) Doté d'une forte couverture forestière et de ces tourbières, le Congo fait partie des enjeux mondiaux », a estimé Arlette Soudan-Nonault.

Le pays peut compter sur le dynamisme des membres du Caucus des jeunes à qui l'on doit une série d'activités en faveur de la lutte contre la dégradation des forêts et la sensibilisation des communautés. Le président du Caucus, Yvon Patrick Mbama, a même réitéré l'engagement de l'association à soutenir les actions publiques dans la recherche des solutions climatiques. « Notre association tient à se placer aux avant-postes du combat contre les effets néfastes des changements climatiques », a assuré Yvon Patrick Mbama. Une volonté que partage le coordonnateur de l'association Priorité-Vert, Narcisse Ofoulou Tsamaka, qui mise sur cette formation pour lancer les actions de sa plateforme.

À noter que la rencontre a été initiée par le Caucus des jeunes, en partenariat avec la coordination de la Redd+, le ministère de tutelle, le Programme des Nations unies pour le développement et l'ambassade du royaume de Norvège. D'après l'un des formateurs, Georges Claver Boundzanga, le coordonnateur de la Redd+, les échanges vont être axés sur le calcul des crédits-carbone, la valeur de l'arbre et l'élaboration des projets bancables. « Il reste au pays de s'approprier le processus, de monter les projets bancables de manière à capter les financements internationaux disponibles pour les investissements et le paiement des crédits-carbone », a-t- il signifié.

Tagged:

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.