Ile Maurice: Rixe sanglante à Trèfles - Le CCID prend le dossier en main

Alléguant qu'un policier serait impliqué dans le cadre d'une bagarre survenue entre deux familles de chauffeurs de taxi deux semaines de cela, les personnes concernées ont demandé aux enquêteurs du Central Criminal Investigation Department (CCID) de prendre le dossier en main.

Cela, afin d'éviter toute ingérence du policier et d'assurer que l'enquête soit menée en toute transparence. Requête agréée par le CCID et c'est en ce vendredi 3 juillet que trois membres de la famille Dawood se sont rendus au Quartier général des Casernes Centrales pour donner leur version des faits sur cet incident ayant causé des blessés.

C'est en présence de leur homme de loi, Assad Peeroo que le père et ses fils reviennent sur cette rixe sanglante survenue à Trèfles. Ils ont expliqué que c'est un problème de parking qui persiste depuis plus d'un an qui serait à l'origine de cette bagarre. L'incident a occasionné plusieurs blessés et trois voitures saccagées entre ces deux familles de chauffeurs de taxi.

Or le jour de l'incident, expliquent les trois protagonistes, ils revenaient d'une journée à la plage. «Nous étions dans notre voiture devant notre porte lorsque les membres de l'autre famille qui habitent la même localité, ont surgi devant nous. S'ensuivirent des piques, des injures et lorsque notre père a voulu intervenir, cela a dégénéré,» racontent les deux frères aux enquêteurs.

D'ajouter qu'un groupe de 30 personnes auraient rejoint les autres membres de la famille. «Ils ont commencé à nous agresser à coups de sabre, de samouraï, de pierres» poursuit l'un des fils âgé d'une vingtaine d'années. D'ajouter que c'est en essayant de se protéger qu'ils auraient malmené les membres de l'autre famille.

Grièvement blessé, l'un des fils a dû subir une intervention chirurgicale délicate. L'enquête qui avait démarré au poste de police de Stanley, a été reprise par les enquêteurs du CCID.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.