Comores: Tensions politiques autour des célébrations de l'indépendance

Commons Wikimedia
Anjouan, Comores

Les Comores célèbrent, lundi 6 juillet, leur 45e fête de l'indépendance. Le président Azali a décidé d'organiser une cérémonie sur l'île d'Anjouan, sous haute sécurité, où il déjà été visé par deux tentatives d'assasinat. Anjouan, île également d'où aurait dû être issu le prochain chef de l'État si le référendum de 2018 n'avait pas permis, au président Azali, de briguer deux nouveaux mandats. Ses opposants politiques ont annoncé leur intention d'organiser leur propre cérémonie, celle-ci sur la Grande Comore. Les autorités ont multiplié les avertissements et les mises en garde pour les dissuader de le faire.

Pour célébrer les 45 ans d'indépendance des Comores, le porte-parole du gouvernement a annoncé un comité restreint de 250 personnes.

« Beaucoup trop », répond l'opposition qui rappelle que le pays est toujours en état d'urgence sanitaire, puisque sous couvre-feu à 20h00.

L'opposition avait d'ailleurs appelé à une contre-cérémonie, ici, en Grande Comore aux abords de la capitale, une épine dans le pied du gouvernement qui avait déjà transféré un important contingent militaire pour le dispositif de sécurité déployé sur l'île d'Anjouan.

Plusieurs communiqués ministériels et arrêtés préfectoraux rappelant l'interdiction de rassemblements de plus de vingt personnes ont été diffusés. Le Procureur de la République a également tenu, samedi 4 juillet, un bref point de presse durant lequel il a cité nommément quatre personnalités de l'opposition accusées de fomenter des troubles à l'ordre public, en prévoyant de s'attaquer notamment à des ministères, le lundi 6 juillet.

Deux de ces quatre personnalités de l'opposition ont été entendues par les gendarmes, dans la foulée. Si aucune infraction n'a été constituée, cette intervention du procureur souligne bien les tensions qui pèsent sur la fête de l'indépendance comorienne.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.