Congo-Kinshasa: Réouverture du Marché Central - Les vendeurs font pression sur l'Exécutif provincial

C'est depuis le lundi 29 juin dernier que les kinoises et kinois ayant leurs activités dans la commune de la Gombe ont pris la direction de cette municipalité qui, du reste, demeure le centre des affaires et de la majorité des institutions tant privées que publiques de la ville-province de Kinshasa. Un ouf de soulagement pour les responsables des magasins, banques, entreprises des télécommunications, cafés, qui ont rouvert leurs portes après 12 semaines d'inactivité. Ce qui n'est malheureusement pas le cas pour certains commerçants exerçant régulièrement leurs activités dans le Marché Central de Kinshasa «Zando».

Contraints de se délocaliser en attendant la fin des travaux de réaménagement du marché central, les vendeurs ont assiégé la semaine dernière les alentours du Grand marché, réclamant la réouverture totale.

Et malgré le dispositif policier qui a été déployé pour les empêcher d'y accéder, ces commerçants sont restés sur leur point, devant ces barrières policières, dans l'attente d'une suite favorable car, se sont-ils plaints : « nous sommes fatigués de rester à la maison sans rien faire. En tant que responsable, nous ne savons plus prendre soin de nos familles, les bailleurs menacent de nous déloger pour non-paiement de loyer, etc.».

Pour les apaiser, une délégation de commerçants était en réunion, en début de semaine, avec les autorités de l'exécutif provincial de la ville de Kinshasa pour discuter de bout de gras. Mais apparemment, l'issue de cette entrevue n'a pas rencontré l'attente de ces derniers. Faute de quoi, ils promettent d'agir autrement pour trouver gain de cause.

Conformément aux modalités pratiques au déconfinement progressif de la commune de la Gombe, il a été prévu le maintien de la fermeture du Marché Central et des commerces avoisinants dans un rayon de 150 mètres ainsi que d'autres activités dont la fermeture faisait partie des décisions qui ont été prises par le Président de la République lors de son adresse à la nation du 18 mars dernier face au Coronavirus.

Où en est-on avec la modernisation du marché central ?

Après trois mois de blocus imposé par le gouvernement provincial de Kinshasa non seulement dans le cadre de la riposte contre la pandémie de la Covid-19, mais également le souci pour l'exécutif provincial de moderniser ce centre de commerce qui reçoit tous les jours un nombre important de visiteurs venus de quatre coins de la capitale, le gouvernement provincial a motivé la fermeture de ce marché qui devrait revêtir de sa plus belle robe, dans le cadre de l'opération «Kinshasa-Bopeto».

Sur le terrain, le constat a été plutôt chaotique. Les vendeurs se sont indignés de constater qu'il n'y a eu aucune avancée significative dans le cadre de la fameuse modernisation. Ce célèbre centre d'affaire kinois ressemble actuellement à un quartier inhabité pendant des décennies. A voir ce grand marché, c'est comme si le gouvernement provincial attend un mot d'ordre pour lancer le début de ces travaux.

Toutefois, le chef de l'exécutif provincial de la ville de Kinshasa a appelé ces commerçants à la compréhension pour trouver une solution idoine dans les jours qui suivent. Parmi ces mesures palliatives, il y a la création d'un nouveau marché sur Kalembe-lembe et bientôt un autre sur Rail, dans la commune de Lingwala.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.