Madagascar: Le confinement et la discipline qui l'accompagnent

C'est une décision forte qui s'avérait indispensable. Le pouvoir ne pouvait pas continuer à hésiter après la progression de l'épidémie dans la région d'Analamanga. Le retour au confinement était une mesure dans l'air après les centaines de cas de contamination et les décès de plus en plus nombreux. Autant dire que la situation devenait intenable si l'on continuait à agir comme avant. Le pouvoir a décidé de procéder à un véritable revirement. Les militaires seront mis à contribution pour faire respecter les mesures décidées.

Le confinement et la discipline qui l'accompagnent

C'est une véritable panique qui a commencé à gagner la population depuis quelques jours. La propagation du virus ne peut pas être maîtrisée. Le résultat des tests de dépistage confirme que, Antananarivo est un foyer d'infection. Le gouvernement a donc décidé de revenir au confinement. Il est accompagné d'une série de mesures qui devront, cette fois-ci, être respectées par tout le monde pour qu'il soit efficace. Les militaires vont être mis à contribution pour ce faire.

Mais ces mesures de confinement devront s'accompagner d'une réorganisation du système de gestion dans les hôpitaux et les centres d'accueil. Les laboratoires d'analyse sont maintenant opérationnels, mais l'un des communicateurs du CCO a dit hier qu'il ne fallait plus se précipiter au village Voara pour se faire tester si l'on ne présentait pas de véritables symptômes. Les personnes malades seraient prises en charge totalement.

Pour en revenir au confinement, les Tananariviens devront respecter véritablement les mesures barrières. Une partie importante de la population est prête à respecter la discipline requise, mais ce sont les inconscients qui persistent à ignorer le danger encouru qui seront rappelés à l'ordre. A Toamasina, les mêmes mesures avaient été prises. Et après un début de révolte, elles ont été acceptées. Mais à Tana, les gens sont plus coopératifs.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.