Centrafrique: Les malades du SIDA vulnérables face à la COVID-19

En Centrafrique, les personnes vivant avec le VIH/Sida craignent une aggravation de leur vulnérabilité avec la pandémie de coronavirus. Très peu de malades ont accès à des masques de protection.

À l'occasion de la 23ème Conférence internationale sur le sida, qui se déroule à partir de ce lundi (06.07.2020) de manière virtuelle, les responsables de santé de Centrafrique attirent l'attention sur les conséquences de la covid-19 sur les malades du sida. La situation suscite autant de craintes que de désespoir. Sur environ 110.000 personnes vivant avec le VIH/Sida en RCA, très peu possèdent un cache-nez. Ce qui augmente leur risque de vulnérabilité.

"Aujourd'hui, tous les regards sont tournés vers la covid-19 en oubliant le VIH/Sida, donc c'est vraiment un souci majeur. Le pays compte environ 110.000 personnes vivant avec le VIH/Sida et c'est seulement un quart de ces personnes qui ont la possibilité d'avoir un cache-nez, ça c'est le défi numéro un. Donc, pour lutter contre la covid-19, il faut lier avec le VIH/Sida pour avoir une bonne réponse. Nous, on se sent abandonnés. Les médicaments sont disponibles, mais c'est pour traiter le VIH/Sida. Mais avec la covid-19, il faut préparer les patients. S'ils ne maîtrisent pas cette pandémie, cela va jouer sur leur prise en charge", explique Bienvenu Gazalima, le Coordonnateur du Réseau centrafricain des personnes vivant avec le VIH/Sida.

Appel à la vigilance

Les autorités publiques, qui mesurent l'ampleur de la situation, les invitent à la vigilance. Selon Dr Pierre Somsé, Ministre centrafricain de la santé publique, "la principale leçon, c'est qu'il faut que les personnes qui portent des maladies chroniques telles le diabète, l'hypertension, le VIH/Sida, la tuberculose, se considèrent comme des personnes hautement à risque. Pas à risque de covid mais de risque de mortalité due à la covid. Le message adressé à ces compatriotes, c'est de doubler de vigilance car c'est quand la prise en charge est faite très tôt que la survie est garantie."

Les tests en baisse

Au bout du désespoir, les personnes vivant avec le VIH se tournent vers des partenaires internationaux.

"Parmi les 47 décès de covid aujourd'hui enregistrés en RCA, la majorité sont des personnes vivant avec le VIH/Sida. Donc notre préoccupation principale, c'est d'interpeller la communauté internationale de tourner un regard particulier vers la RCA et de mettre aussi au centre les personnes qui vivent avec une maladie chronique, je fais allusion aux tuberculeux, au 3ème âge, etc, tous gens sont vulnérables", indique Bienvenu Gazalima.

A l'Institut Pasteur de Bangui, les responsables déplorent une baisse considérable relative à la fréquentation des laboratoires pour le bilan biologique habituel en cette période de covid-19. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la République Centrafricaine occupe le 10ème rang mondial et, le premier en Afrique centrale en matière de taux d'infection au VIH/Sida.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.