Congo-Kinshasa: Disparition - Emeka Mamale a tiré sa révérence

L'ancien Léopards football, Emeka Mamale, est décédé le 25 juin et a été inhumé le samedi 4 juillet, laissant un souvenir inoubliable dans la mémoire collective nationale. Il fut l'un des artisans de la médaille de bronze de la République démocratique du Congo à la Coupe d'Afrique des nations (CAN) 1998 au Burkina Faso.

Ayant trouvé la mort des suites d'une courte maladie à l'âge de 42 ans, l'ancien international Emeka Esanga « Mamale » a été inhumé au cimetière du Nécropole à Kinshasa. Bien avant d'être conduit en sa dernière demeure, la dépouille mortelle de l'illustre disparu se trouvait à la morgue de l'hôpital du Cinquantenaire. Une cérémonie d'hommages et d'adieu à « Zorino » a été organisée à l'hôpital avant la levée de corps, devant un parterre des personnalités du monde du football congolais dont le ministre des Sports, Amos Mbayo.

Le président Constant Omari de la Fédération congolaise de football association (Fécofa) a eu des mots significatifs à l'intention du défunt. « Mamale est l'un des rares joueurs à avoir apporté un vent nouveau dans notre football. Pas besoin de rappeler qu'il était franc, comme l'ont évoqué ses ex-coéquipiers. Adieu l'artiste ! Tu es demeuré incompris, mais ton talent a dépassé nos frontières. Les nouvelles générations vont s'inspirer de ton histoire et de ton talent », a-t-il dit.

« C'est avec émotion que j'ai appris le décès de l'ancien joueur international Emeka Esanga Mamale... Attaquant à l'aise balle au pied, avec une grande vision de jeu, aux talents reconnus sur trois continents, son héritage et ses réalisations, sur et hors du terrain, ne seront pas oubliés et il nous manquera beaucoup. Au nom de la communauté internationale du football, je tiens à exprimer notre profonde sympathie à la Fédération congolaise de football association, ainsi qu'à la famille, aux amis et aux proches d'Emeka... », a pour sa part déclaré le président de la Fifa, Gianni Infantino, dans un message des condoléances adressé au président Constant Omari.

Son ancien coéquipier en sélection de la RDC, Marcel Mayala, a mis en exergue son franc-parler et son caractère trempé. « Je retiens de lui son courage à dire tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. C'est ce qui a fait que beaucoup le qualifient d'indiscipliné. J'aurais aimé que ces honneurs lui soient rendus de son vivant », a-t-il confié. En fait, « Mamale » n'a jamais pu célébrer son jubilé, en dépit de plusieurs demandes formulées dans ce sens aux autorités et instances sportives.

C'est dans la commune de Lemba à Kinshasa qu'il a commencé à taper dans le ballon, avant de jouer dans des clubs de la commune, Mateta et Assana. Au milieu des années 1990, il a fait quelques matchs au Daring Club Motema Pembe, avant un bref passage au TP Mazembe de Lubumbashi. Il s'est ensuite retrouvé à Pohang Steelers en Corée du Sud, étant l'un des premiers africains à y évoluer vers la fin des années 1990. Il a fait un court passage à Lokeren en Belgique, avant de prendre la direction d'Afrique du Sud où il a joué à Kwa Kwa Stars, Kaizers Chiefs et à Silver Stars. Mamale a aussi monnayé ses talents en Israël (Hapoel Acre) et en Angola (AC Cabinda et Primeiro do Agosto), avant de terminer sa carrière au TC Elima de Matadi.

Mamale a disputé trois phases finale de la Coupe d'Afrique des nations -CAN- (1996 en Afrique du Sud, 1998 au Burkina Faso et 2000 au Mali). Il a été l'un des artisans de la troisième place des Léopards football à la Coupe d'Afrique des nations (CAN) 1998 au Burkina Faso, avec l'inoubliable remontada de la RDC face au pays hôte de la compétition. Menés quatre buts à un par les Etalons Burkinabés entraînés alors par Philippe Troussier surnommé le sorcier blanc, les Léopards, conduits par feu le sélectionneur Louis Watunda, ont réussi, à moins de dix minutes de la fin du temps réglementaire, à égaliser quatre buts partout, jusqu'à remporter la médaille de bronze au tirs au but. Le quatrième but égalisateur a été inscrit par le défenseur Mungongo, alias Fish, de la tête, sur un amour de centre d'Emeka Esanga Mamale, après une passe de son ami Jean Mukul Kasongo Banza. La mort a surpris Emeka Mamale alors qu'il passait son diplôme d'entraîneur à la Fécofa.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.