Congo-Brazzaville: Justice - Christian Roger Okemba plaide non-coupable

« Je ne reconnais pas les faits », a déclaré l'ancien maire de Brazzaville, Christian Roger Okemba, à l'ouverture de la session criminelle, le 6 juillet à Brazzaville.

C'est par le dossier de la mairie de Brazzaville que la session criminelle de juillet 2020 s'est ouverte. Christian Roger Okemba, ancien président du conseil municipal et départemental de la capitale, est poursuivi pour détournement présumé des deniers publics et prise illégale ou d'avantage dans un acte. Avec lui, sept complices dont l'ancien directeur général du budget, Nicolas Okandzi, Anastasie Eléonore Okemba, directrice de l'hôpital de Makélékélé... Des huit accusés, aucun n'a déjà été poursuivi ni condamné. Le procès se poursuit, l'enquête de moralité débute le 8 juillet.

« Il n'est pas donné à qui que ce soit de braver les intérêts de la vie en communauté. Nous sommes ici pour le triomphe de la légalité », a déclaré le procureur général, Michel Oniangué, au nom du ministère public, s'adressant à l'ensemble des acteurs impliqués pour la manifestation de la vérité sur ce dossier. Il a par ailleurs précisé que quarante-et-une affaires sont inscrites dans le rôle de la session criminelle en cours. Lequel rôle pourrait être modifié du fait d'autres dossiers en cours de traitement.

Le président de la Cour criminelle, Christian Oba a, pour sa part, rappelé la notion juridique relative à la présomption d'innocence. « L'accusé tant qu'il n'est pas condamné jouit de la présomption d'innocence. Le respect de la personne humaine est de mise », a-t-il souligné.

En rappel, l'ancien maire de Brazzaville est accusé de détournement d'un milliard deux cent cinquante millions de francs FCFA. Un appui budgétaire du gouvernement destiné à la mairie qui serait versé dans un compte d'une structure privée à la banque sino-congolaise pour l'Afrique, selon le courrier du ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation, Raymond Zéphirin Mboulou, ordonnant le blocage dudit compte en février dernier.

Tour à tour à la barre, tous les huit accusés n'ont pas reconnu les faits mis à leur charge. C'est à l'issue des débats contradictoires entre partie civile et défense que la cour se prononcera en s'appuyant sur ce que dit le droit dans le cas d'espèce.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.