Algérie: MCA-Covid19 - "il est temps d'être fixé sur la suite de la saison"

Alger — Le président du Conseil d'administration (CA) de la SSPA/MC Alger (Ligue 1 algérienne de football), Abdenacer Almas, a affirmé lundi qu'il était temps de se prononcer sur la suite réservée à la saison footballistique, suspendue depuis mi-mars en raison de la pandémie de nouveau coronavirus (COVID-19), soulignant qu'il sera "très difficile" de reprendre l'exercice.

"Il est temps d'être fixés sur la suite de la saison. Les joueurs sont inactifs depuis presque quatre mois, ce n'est pas évident pour eux, ils ne sont pas des robots. Pour moi, ce sera très difficile de reprendre la compétition. Nous sommes dans une situation sanitaire difficile, il est temps qu'on prenne une décision : reprendre ou non", a déclaré à l'APS Almas.

Le Bureau exécutif de la Fédération algérienne de football (FAF), réuni mardi dernier, a maintenu sa position prise initialement pour la poursuite de la saison 2019-2020, tout en précisant que seuls les pouvoirs publics sont habilités à décider d'un éventuel retour aux activités sportives et footballistiques.

Lire aussi: Ligue 1 (21e j): l'ES Sétif nouveau dauphin, le MC Alger étrillé à Bordj Bou Arreridj

Avant de poursuivre : "Au MCA, nous manquons de visibilité, à l'instar des autres clubs d'ailleurs. Aujourd'hui, c'est difficile de parler recrutement ou préparer le prochain exercice, nous sommes bloqués. En dépit de cette situation exceptionnelle, nous avons fait signer à plusieurs de nos joueurs, issus des jeunes catégories, des contrats professionnels pour préparer l'avenir".

Intervenant lundi sur les ondes de la Radio nationale, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi, a indiqué que la décision de reprendre les compétitions revenait "exclusivement" au Premier ministre et à la Commission scientifique relevant du ministère de la Santé.

"Aucune rallonge budgétaire demandée à Sonatrach"

S'agissant de la situation financière du "Doyen", le président du CA a refusé de parler de "crise", soulignant que le club n'a jamais demandé une rallonge budgétaire à l'actionnaire majoritaire, Sonatrach.

"Nous sommes en train de fonctionner dans les normes du budget alloué précédemment par Sonatrach. Nous sommes à l'aise sur le plan financier, mais les choses doivent bien changer dans l'avenir. Le temps des gros salaires est révolu chez nous, le moment est venu pour rationaliser les dépenses".

Dans le même registre relatif à la gestion financière, Abdenacer Almas a indiqué qu'il avait suggéré de réduire la masse salariale lors de la signature de la convention tripartite liant la SSPA "Le Doyen", aux cabinets d'expertise et à la Direction de contrôle de gestion et des finances (DCGF) de la FAF.

Interrogé sur la récente assemblée générale des actionnaires, au cours de laquelle le bilan financier de l'année 2019 a été adopté, le président du CA a refusé de parler d'irrégularités, confirmant au passage que le commissaire aux comptes a relevé certaines réserves.

"Je tiens à préciser que le commissaire aux comptes n'a à aucun moment relevé des irrégularités, il y a eu des réserves signalées qui seront réglées au plus tard en décembre prochain. C'est une procédure tout à fait normale qui peut être demandée à n'importe quelle société".

Abdenacer Almas avait été désigné en janvier à la tête du CA de la "SSPA/Le Doyen", lors de l'assemblée générale des actionnaires, en remplacement d'Achour Betrouni, démissionnaire.

C'est un expert juridique au sein de l'entreprise Sonatrach et ancien secrétaire général du GS Pétroliers.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.