Algérie: Huile d'olive - L'exportation dépend aussi de considérations politiques

Tizi-Ouzou — L'expert oléicole et président d'honneur du Conseil national interprofessionnel de la filière oléicole (CNIF oléicole) a estimé lundi à Tizi-Ouzou que l'exportation de l'huile d'olive algérienne à l'international exigeait un effort politique en plus de l'amélioration de la qualité du produit.

"Produire une huile d'olive aux normes internationales est un défi pour l'Algérie qui peut être relevé par la volonté des producteurs et oléifacteurs, mais exporter est plutôt un défi politique", a déclaré . Mendil lors d'une réunion sur la "redynamisation du processus de labellisation dans la filière oléicole", organisée par la direction des services agricoles (DSA).

Selon cet ancien représentant de l'Algérie au Conseil oléicole international (COI), il faut se positionner parmi les premiers producteurs pour pouvoir pénétrer le marché international et devenir incontournable".

Et d'ajouter "il est aussi important de choisir lemarché en ciblant celui où l'Algérie a une influence et un poids tel que le marché africain", notant que la mise sur le marché européen de l'huile algérienne vise plutôt à donner plus de visibilité à ce produit.

Pour sa part, le président du CNIF oléicole, Mhamed Belasla a relevé certaine contraintes à l'exportation de l'huile d'olive algérienne et faire face à la rude concurrence sur le marché international et pouvoir se positionner. Il s'agit d'abord de problème du coût du produit. Selon lui, l'huile d'olive vierge extra est vendue entre 2 et trois euro, soit environ 450 DA. Or, en Algérie, l'huile courante, se vend 650 DA au niveau des huileries et entre 700 et 800 DA à l'extérieur. Quant à l'huile vierge, elle est cédée contre 1000 DA le litre.

Lire aussi: Huile d'olive: 8,1 mns de litres produits pour la campagne oléicole 2019-2020 à Bouira

M.Belasla à estimé que ce problème de coût et de manque à gagner ne va pas encourager les producteurs à investir le marché extérieur. C'est l'une des préoccupations partagées par le président du Conseil interprofessionnel de wilaya de Tizi-Ouzou de la filière oléicole, Mourad Abdeli, qui a observé qu'"on ne peut pas demander aux producteurs de consentir un investissement supplémentaire afin de produire une huile d'olive aux normes, et en même temps de réduire le prix de vente".

Le directeur de wilaya des services agricoles, Makhlouf Laib, a annoncé l'organisation prochainement de regroupements d'oléifacteurs chez le lauréat du prix le Gourmet dans la catégorie "Mûr léger" au 18e concours international des huiles du monde organisé par l'Agence de valorisation des produits agricoles (APVA, Paris), Fayçal Amazit, représentant de l'huilerie moderne "Ouiza", sise dans la commune d'Ifigha (est de la wilaya), afin de leur donner des orientation sur le processus à suivre afin de produire une huile de qualité.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.