Ethiopie: Reprise des négociations sur le barrage de la Renaissance

The Grand Renaissance Dam or GERD.

Les négociations triparties ont discrètement repris sur le barrage de la Renaissance dans un contexte un peu particulier, après une semaine de violences en Ethiopie. Les négociateurs étaient convenus de se revoir, ce lundi 6 juillet en séance plénière, après un week-end où les trois pays concernés sont restés sur leur position.

Alors que l'Éthiopie faisait encore l'inventaire des violences meurtrières ayant suivi l'assassinat du chanteur Hachalu Hundessa, les pourparlers avec l'Égypte et le Soudan reprenaient par vidéo conférence, vendredi. Une première séance de reprise de contact a été organisée par l'Afrique du Sud et l'Union africaine, en présence de onze observateurs, dont les Etats-Unis et l'Union européenne.

Il n'y a eu aucune avancée ni vendredi ni samedi, selon les ministres présents. Dimanche, la médiation internationale a donc discuté séparément avec les trois pays, toujours par vidéo conférence. Ce lundi, une séance plénière a une fois de plus réuni tout le monde. Les médiateurs ont alors présenté leurs propres propositions pour résoudre les points de désaccords.

Les trois pays directement concernés - l'Éthiopie d'abord, l'Égypte bien sûr, et le Soudan - ne s'étaient pas parlés, depuis le 17 juin.

L'échéance approche pour trouver un accord sur l'exploitation de l'eau du Nil, conformément à ce qui a été convenu, à la dernière minute, il y a dix jours, grâce à l'intercession du président sud-africain Cyril Ramaphosa.

L'état des négociations doit être examiné par l'Union africaine, dans une semaine. L'Éthiopie a laissé entendre qu'elle était prête à démarrer la phase controversée de remplissage du réservoir, sans préciser toutefois la date envisagée.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.