Congo-Kinshasa: Mission de sensibilisation en Ituri sur fond de secession au Sud-Kivu - Le pays a mal à sa stabilité

Des rebelles pour convaincre d'autres rebelles à déposer les armes. C'est le choix qu'a fait le président congolais, Félix Tshisékédi, qui vient de dépêcher une mission composée d'anciens seigneurs de guerre en Ituri, du nom de cette partie de la République démocratique du Congo (RDC) en proie à des actes de violences. L'objectif de ces missi dominici d'un genre nouveau, est de convaincre la milice CODECO de déposer les armes pour enfin entrer dans la République. Parmi les dignitaires envoyés en Ituri, on compte Germain Katanga libéré après dix ans aux mains de la Cour pénale internationale (CPI) qui l'a reconnu coupable de crimes contre l'humanité et quatre autres chefs d'accusations de crimes de guerre.

Et ce n'est pas tout. Car, à ses côtés, il y a également Matthieu Ngudjiolo Chui qui, après quelques années de captivité, a été acquitté par la CPI qui le poursuivait pour son implication présumée dans le massacre de Bogoro. Ces deux personnages à la réputation sulfureuse sont assistés de Floribert Ndjabu, Pichou Iribi Mbodina et Mateso Nyinga qui sont tous accusés d'assassinats de Casques bleus en Ituri et qui auront passé près de 15 ans de réclusion criminelle sans procès. En envoyant donc des anciens chefs de guerre prêcher la paix, le président Tshisékédi envoie un signal fort aux différents groupes armés qui écument la région de l'Ituri.

Connus ou pas, ces indépendantistes tapis dans l'ombre ont pour projet de déstabiliser davantage la RDC

C'est une manière de leur dire qu'ils n'ont pas le monopole de la violence et qu'aujourd'hui plus qu'hier, les armes ne sont pas bénéfiques. Seule vaut la paix. Seulement, la milice CODECO saura-t-elle décrypter ce message et accepter la main tendue du chef de l'Etat ? On attend de voir. Mais à supposer même que la milice CODECO accepte de faire la paix en déposant les armes, on ne peut pas, pour autant, dire que la RDC est sortie de l'auberge.

Car, on se rappelle que le 30 juin dernier, alors même que le pays célébrait le 60e anniversaire de son accession à l'indépendance, l'emblème d'une certaine République du Kivu, a été déployé dans la province du Sud-Kivu. Certes, ces irrédentistes ne sont pas encore connus, mais cette manière de faire « est un piège qui cache mal une énième tentative de démembrement de la RDC », pour reprendre les termes du Prix Nobel de la paix, Denis Mukwege. En tout cas, les choses sont claires. Car, connus ou pas, ces indépendantistes tapis dans l'ombre ont pour projet de déstabiliser davantage la RDC. Toute chose qui serait très regrettable pour ce pays dont les populations ont longtemps souffert le martyre et qui, de guerre lasse, ne savent même plus à groupe armé se vouer.

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.