Niger: Aucune nouvelle des humanitaires enlevés

Opérations militaires

Les neuf humanitaires enlevés le 24 juin à la frontière entre le Burkina Faso et le Mali sont toujours introuvables. Mercredi dernier, les autorités nigériennes locales ainsi que l'ONG pour laquelle ils travaillaient avaient pourtant annoncé leur libération. Depuis aucune nouvelle. Ils sont finalement toujours portés disparus.

Le 24 juin, l'ONG nigérienne Action et programme d'impact au Sahel est en mission de ciblage des personnes vulnérables en pleine période de soudure. Au moins onze humanitaires sont sur le terrain, à Bossey Bangou, dans un hameau de la commune de Makalondi au Niger, avant de disparaître.

Rapidement, leurs responsables accusent les jihadistes présents dans la zone d'être responsable du rapt. C'est le premier enlèvement d'humanitaires dans cette région au coeur des trois frontières.

Si une semaine plus tard, le 1er juillet, le gouverneur du Tilabéri et l'ONG et le PAM, partenaire de l'APIS, annonçaient leur libération, depuis personne n'a vu ces humanitaires disparus. « Est-ce qu'ils sont perdus ? Est-ce qu'ils sont toujours détenus ?

Les recherches continuent mais il y a beaucoup d'éléments tenus au secret », indique un responsable humanitaire. Une autorité locale confirme qu'ils n'ont finalement pas réapparus et qu'ils seraient selon lui toujours en captivité.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.