Algérie: Procès Tahkout - Ouyahia et Sellal rejettent en bloc les charges retenues contre eux

Alger — Le juge près le tribunal de Sidi M'hamed (Alger) a auditionné, lundi dans le cadre du procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout, poursuivi pour plusieurs chefs d'accusation en lien avec la corruption, les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, les anciens ministres de l'Industrie et des Transports Youcef Yousfi et Ammar Ghoul ainsi que des cadres du ministère de l'Industrie et le responsable du port de Skikda.

Lors de l'audience, Ahmed Ouyahia a rejeté en bloc l'ensemble des accusations retenues contre lui d'octroi d'indus avantages et facilitations à Tahkout pour ses projets de montage automobile.

Ces accusations, a-t-il dit, sont les mêmes charges retenues contre lui lors de l'instruction par le Conseiller instructeur près la Cour suprême, affirmant que les projets de montage automobile de Tahkout avaient commencé en 2016 et qu'à cette époque-là il était directeur de cabinet à la présidence de la République et non Premier ministre.

A une question du procureur de la République sur la provenance des fonds figurant sur son compte ouvert à la Banque du développement rural (BDL), Ahmed Ouyahia a répondu que ces avoirs n'avaient aucun rapport avec son activité gouvernementale.

Appelé à la barre, l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal a également rejeté les charges retenues contre lui, imputant l'entière responsabilité des cahiers de charges au ministère de l'Industrie. Ni le Premier ministère ni le Conseil national de l'investissement (CNI) n'étaient concernés par leur élaboration, a-t-il soutenu.

De son côté, l'ancien ministre de l'Industrie, Youcef Yousfi, a déclaré en réponse au juge que la décision de l'Etat de recourir au montage automobile était en prélude à la mise en place d'une véritable industrie nationale et non de gonflage de pneus, comme il est prétendu.

Pour lui, ces mesures avaient permis, en dépit de tout ce qui est dit sur le dossier de montage automobile, de dynamiser certaines industries en lien, notamment la fabrication des batteries et des pneus.

Soulignant que le terrain en question n'était pas au niveau de la zone industrielle mais dans la zone de marchandises au port de Skikda, il a expliqué que la réalisation d'un projet d'investissement dans l'enceinte du port ne présentait aucun danger pour l'environnement, comme prétendu.

A la question de savoir pourquoi le contrat relatif à ce projet avait été résilié s'il n'était pas contraire à la loi, le responsable du port de Skikda, Laidi Merabet a fait savoir que le contrat avait été résilié en

application de l'instruction du ministère des Transports portant abrogation de toutes les autorisations délivrées qui n'avaient pas été concrétisées pour leur octroi à d'autres projets plus rentables.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.