Maroc: Les thèses fallacieuses du Polisario ne font plus recette à Tindouf

Depuis plusieurs mois, les manifestations en tous genres sont devenues le lot quotidien des camps de Tindouf, malgré la violence par laquelle les miliciens du Polisario les dispersent.

Mais la goutte qui a fait déborder le vase pour Brahim Ghali et ses lieutenants, c'est la création d'un mouvement d'opposition par ceux-là mêmes qui, hier encore, défendaient ses thèses tant à l'intérieur du territoire algérien qu'à l'étranger. Pour détourner l'attention des populations de la situation catastrophique qu'elles endurent, les caciques du Polisario n'ont pas trouvé mieux que de commencer à réclamer à tue-tête la nomination d'un nouveau médiateur de l'ONU pour le Sahara.

Ayant épuisé toutes les cartes dans leur bataille diplomatique contre le Maroc à l'ONU, à l'Union européenne ou à l'Union africaine, le Polisario et l'Etat algérien dont les caisses et les réserves de change ont été asséchées par la chute des prix du pétrole, n'ont aujourd'hui plus rien à offrir aux populations des camps de Tindouf pour apaiser leur colère, mise à part la propagande véhiculéepar les médias à la soldedu pouvoir algérien ou la violence et la torture dans lesquelles les miliciens entretenus par Ghali et sa bandeexcellent.

Le Polisario se sent également délaissé par ses rares soutiens sur le continent africain. Notamment l'Afrique du Sud et le Nigeria qui pataugent dans leurs propres problèmesque la pandémie du coronavirus a accentués.

De l'avis de plusieurs experts et observateurs, le Front Polisario est, en effet,au crépuscule de sa prétentieuseet aventureuseexistence.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X